Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La Donetsk russe soutient Poutine : "Voilà longtemps qu'il fallait le faire"

Access to the comments Discussion
Par Galina Polonskaya
La Donetsk russe soutient Poutine : "Voilà longtemps qu'il fallait le faire"
Tous droits réservés  Euronews   -  

Côté russe des frontières avec les régions séparatistes ukrainiennes, la population soutient la décision de reconnaître l'indépendance des républiques populaire de Donetsk et Lougansk.

Dans le sud de la Russie, la petite ville s'appelle Donetsk comme celle des séparatistes de l'autre côté de la frontière, le panneau indique encore l'Ukraine à 6 kilomètres mais les autorités devraient bien vite l'enlever.

Ici, dans la ville russe de Donetsk, la vie continue et personne n'a été étonné que la Russie reconnaisse l'indépendance de la République populaire de Lougansk qui se trouve dans cette direction, si proche qu'on peut y aller à pied.

"Qui sait ce qui peut se passer ou si on va rester en vie, dit une femme âgée. On ne veut pas la guerre. Je pense que Poutine a pris la bonne décision : maintenant les gens seront défendus, ces pauvres gens ne seront plus bombardés en permanence comme ils le sont depuis huit ans."

Une autre femme ajoute : "On attend la paix, chez eux dans le Donbass et chez nous, parce que nous sommes tous des Russes. Tout va bien se passer, ça sera mieux qu'avant : la stabilité, la paix. Les enfants et les vieux pourront rentrer chez eux."

"On vote pour avec les deux mains, s'exclame un homme, ça fait longtemps qu'il fallait rattacher les deux régions, parce que les gens qui vivent là-bas sont des Russes. Moi même j'y ai vécu pendant 20 ans et j'ai dû partir à cause de ces évènements absurdes, je ne voulais pas vivre à l'étranger, je suis très content qu'ils reviennent vers la patrie."

Selon la dernière étude de l'institut de sondage VtsIOM, 73 % des Russes soutiennent la décision de Vladimir Poutine de reconnaître l'indépendance des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, les deux régions séparatistes pro-russes de l'Est de l'Ukraine. Seules 16 % des Russes interrogés disent condamner la décision.