Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le Parlement ukrainien introduit l'état d'urgence

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Manifestation contre Moscou devant l'ambassade de Russie à Londres, 23 février 2022.
Manifestation contre Moscou devant l'ambassade de Russie à Londres, 23 février 2022.   -   Tous droits réservés  AP/Ukrainian Presidential Press Office   -  

Le Parlement ukrainien a adopté mercredi soir à une large majorité l'introduction de l'état d'urgence nationale face à la menace d'une invasion russe.

Au total de 335 députés contre un minimum requis de 226 voix, ont voté pour cette décision proposée par le président Volodymyr Zelensky et soutenue plus tôt dans la journée par le Conseil de sécurité national.

"La politique agressive de la Russie vis-à-vis de notre pays a été et reste le défi principal pour notre sécurité", a déclaré devant les députés Oleksiï Danilov, secrétaire du Conseil de sécurité et de la défense nationale.

"Selon nos services de renseignements et ceux de nos partenaires (...), il est impossible de s'emparer de notre Etat sans une déstabilisation intérieure", a-t-il fait valoir.

Plus tôt dans la journée, Oleksiï Danilov avait indiqué que l'état d'urgence allait permettre aux autorités de "renforcer la protection" de l'ordre public et des infrastructures stratégiques, "limiter la circulation des transports", intensifier la vérification des véhicules et des documents des citoyens.

"Cela n'aura pas d'impact radical sur la vie quotidienne" des Ukrainiens, avait-il alors précisé.

"Vladimir Poutine a ouvertement nié le droit de l'Ukraine à exister"

Face à la menace russe, l’Ukraine cherche le soutien des Nations Unies.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a mis en garde ce mercredi l'Assemblée générale des Nations unies contre la répétition des erreurs qui ont conduit aux guerres mondiales.

Il a également souligné que l'Ukraine n'était pas une menace pour la Russie :

"La seule, et je tiens à le souligner, la seule raison pour l'Ukraine de renforcer ses défenses, c'est la menace des opérations militaires prévues par la Russie. Les actions et déclarations de Moscou sont scandaleuses, terribles et vont bien au-delà de la menace contre l'Ukraine. En fait, dans son discours, le président russe Vladimir Poutine a ouvertement nié le droit de l'Ukraine à exister."

"Le début d'une guerre à grande échelle en Ukraine sera la fin de l'ordre mondial tel que nous le connaissons", a mis en garde Dmytro Kuleba, en demandant aux membres des Nations unies de ne pas reconnaître l'indépendance des régions de Donetsk et de Lougansk.

"Il faut que la Russie retrouve le chemin de la diplomatie",qu'elle retire ses troupes, cesse de déstabiliser la région", a réclamé le ministre ukrainien. "Nous voulons la paix!", a lancé à la fin de son long discours Dmytro Kuleba, vivement applaudi.

La majorité des orateurs, représentant tous les continents, ont critiqué plus ou moins ouvertement les décisions et actions récentes de Moscou.

l'ONU met en garde contre un "péril"

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a estimé que le monde faisait face "à un moment de péril" avec la crise entre la Russie et l'Occident autour de l'Ukraine, qui a réclamé le retrait des troupes russes.

Pour le chef de l'ONU, "la décision de la Russie de reconnaître la soi-disant indépendance des régions de Donetsk et de Lougansk, sont des violations de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Ukraine et sont incompatibles avec les principes de la Charte des Nations unies".

La réunion de l'Assemblée générale à laquelle participent mercredi les 193 membres de l'ONU est une session annuelle sur les "territoires ukrainiens occupés temporairement", organisée depuis l'annexion en 2014 de la Crimée par la Russie.

C'est l'avenir de la sécurité européenne qui se joue en Ukraine.
Volodymyr Zelensky
Président ukrainien

"L'Ukraine a besoin de garanties de sécurités claires et concrètes"

"L'Ukraine a besoin de garanties de sécurités claires et concrètes, immédiatement", a de son côté déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une rencontre avec ses homologues polonais et lituanien, deux pays qui fournissent armes et équipements militaires à l'Ukraine.

"C'est l'avenir de la sécurité européenne qui se joue en Ukraine", a-t-il ajouté.

"Nous l'avons bien compris, et nous sommes conscients que l'Ukraine ne fait partie d'aucune alliance de sécurité. Nous allons nous défendre nous-même avec le soutien de nos partenaires. Mais ce sont bien les Ukrainiens qui meurent. C'est pourquoi nous avons besoin immédiatement de garanties de sécurité claires et précises. Parce que nous voulons être sûrs de pouvoir protéger notre peuple et nos maisons", a expliqué Volodymyr Zelensky.

Kiev a annoncé mercredi la mobilisation de ses réservistes âgés de 18 à 60 ans et l'instauration d'un "état d'urgence national".

La Russie, de son côté, a commencé à évacuer son personnel diplomatique d'Ukraine, et le drapeau russe ne flotte plus sur son ambassade. Les États-Unis avaient eux déjà fermé la leur.

Le président russe Vladimir Poutine a lui martelé mercredi que les intérêts russes étaient "non-négociables", même s'il a évoqué un hypothétique "dialogue direct et honnête avec les Occidentaux".

Les Occidentaux estiment que la Russie, qui a massé 150 000 soldats aux frontières ukrainiennes, pourrait lancer une opération d'envergure, y compris pour prendre Kiev, la capitale.