Cet article n'est pas disponible depuis votre région

L'Espagne pourrait devenir la nouvelle plaque tournante du gaz en Europe

Access to the comments Discussion
Par  Jaime Velázquez
Archive - Un méthanier décharge du gaz naturel liquide dans le terminal de regasification et centrale électrique de Bahías de Bizkaia au Pays Basque, le 26 février 2003
Archive - Un méthanier décharge du gaz naturel liquide dans le terminal de regasification et centrale électrique de Bahías de Bizkaia au Pays Basque, le 26 février 2003   -   Tous droits réservés  Rafa Rivas / AFP   -  

L'Espagne pourrait devenir la nouvelle plaque tournante du gaz en Europe alors que l'UE prévoit de s'affranchir du gaz russe avant 2030. À l'heure actuelle, le pays dispose de 45 % du stockage de gaz naturel liquéfié en Europe et d'un tiers des travaux de regazéification européens – un processus qui reconvertit le gaz liquide en gaz naturel.

"Nous disposons d'un système extrêmement polyvalent et flexible, explique Arturo Gonzalo, PDG, opérateur national de gaz espagnol Enagas. Nous pouvons gérer du gaz provenant de diverses sources. L'année dernière par exemple, nous avons reçu du gaz de 14 pays différents. Nous avons également deux connexions par gazoducs avec la France. Donc sans aucun doute, nous sommes un acteur clé lorsqu'il s'agit de diversifier l'approvisionnement en gaz naturel de l'Europe."

L'Espagne possède l'une des infrastructures gazières les plus étendues d'Europe, avec une énorme capacité de stockage pour le gaz arrivant par bateaux ainsi que deux gazoducs qui relient les gisements de gaz d'Afrique du Nord. Mais l'approvisionnement se heurte à un goulet d'étranglement lorsqu'il atteint les Pyrénées. De nouvelles connexions plus importantes avec le réseau européen sont nécessaires si l'Espagne veut vraiment contribuer à la sécurité énergétique en Europe.

La nécessité d'une volonté politique

"Nous parlons de garantir l'approvisionnement énergétique en Europe, et cette nouvelle infrastructure peut être cruciale, observe Oscar Barrero, responsable du conseil en énergie et services publics, PWC. Je pense donc qu'à l'heure actuelle, c'est la volonté politique qui est beaucoup plus importante et, probablement, l'accès au financement."

Mais le gouvernement espagnol a demandé que toute nouvelle connexion gazière avec l'Europe soit compatible avec d'autres sources d'énergies renouvelables comme l'hydrogène et le biogaz.

"L'une des priorités à l'avenir pour réduire notre dépendance au gaz russe et atteindre nos objectifs de décarbonation est l'hydrogène renouvelable, ajoute Arturo Gonzalo, et nous pensons que l'Espagne a un rôle important à jouer en la matière."

L'Union européenne travaille jour et nuit pour assurer l'approvisionnement en énergie d'ici à la fin de 2022, mais comme la Russie poursuit son invasion de l'Ukraine, l'Europe pourrait être obligée d'affronter un hiver froid.