Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Guerre en Ukraine : ces civils qui prennent les armes pour défendre leur pays

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
Civils s'entraînant au maniement des armes à Lviv (Ukraine), le 19/03/2022
Civils s'entraînant au maniement des armes à Lviv (Ukraine), le 19/03/2022   -   Tous droits réservés  Bernat Armangue/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved   -  

En Ukraine, certains civils s'initient au maniement des armes. Leur but : participer à la défense de leur pays. Reportage sur un de ces stages d'entrainement.

Des civils qui apprennent le maniement des armes. Nous sommes à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine. Jeunes ou moins jeunes, ils sont volontaires pour défendre leur pays. Encore faut-il savoir le faire. D'où ces stages de formation, encadrés par des instructeurs professionnels.

Denis Girenko est un des instructeurs de tir. "Notre programme, dit-il, est conçu pour les personnes qui n'ont aucune expérience et même pour les personnes qui n'ont jamais tenu d'arme à feu".

"D'abord, on parle longuement de la sécurité car c'est essentiel. Il ne faut pas que les gens tuent leurs proches, ou qu'ils se tuent eux-mêmes ou se blessent... C'est pour ça qu'on passe beaucoup de temps à expliquer les choses en amont. Ensuite, il y a la manipulation des armes : on apprend comment charger une arme, comment la recharger, comment se tenir, comment viser..."

Les participants à ces stages acquièrent aussi les notions de base en matière de secourisme : savoir comment réagir quand on est soi-même touché durant les combats.

Avant la guerre, l'armée ukrainienne organisait déjà ces stages d'entrainement, destinés aux réservistes des Forces de défense territoriale.

Depuis le déclenchement du conflit, des civils choisissent de prendre les armes. C'est le cas de Rosa, jeune femme, installée jusque-là en Pologne. Elle a choisi de revenir dans son pays pour se battre.

"J'ai trois ans d'expérience militaire, confie-t-elle. Désormais, je n'ai plus rien à faire en Pologne. Ce qui compte, c'est mon pays. Mon mari est déjà retourné en Ukraine, je vais le rejoindre, et on va aller combattre."

Difficile d'avoir un chiffre précis sur ces Ukrainiens expatriés qui retournent dans leur pays pour se battre. Et ceux qui ne prennent pas les armes se portent volontaires pour aider dans les hôpitaux ou pour distribuer de la nourriture.