Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Nazanin Zaghari-Ratcliffe : "Je n'aurais pas dû être en prison pendant six ans"

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
Nazanin Zaghari-Ratcliffe avec son époux et sa fille à Londres, le 21 mars 2022
Nazanin Zaghari-Ratcliffe avec son époux et sa fille à Londres, le 21 mars 2022   -   Tous droits réservés  Victoria Jones/PA   -  

Depuis qu'elle est rentrée au Royaume-Uni, Nazanin Zaghari-Ratcliffe ne quitte plus son mari et sa fille dont elle a été privée pendant six longues années.

"Le retour aussi a été difficile"

Ce lundi, lors d'une conférence de presse, elle est revenue sur sa période de détention en Iran et a appelé à libérer tous ceux qui, selon elle, sont injustement détenus par le régime de Téhéran :

"Je n'aurais pas dû être en prison pendant six ans. C'était une expérience difficile, le retour aussi a été très difficile. Vous retrouvez votre fille, vous réalisez qu'elle a presque huit ans, alors qu'elle avait à peine deux ans quand je l'ai quittée. Nous avons tellement de choses à rattraper avec Richard, mon mari, et ma fille Gabriella. Nous devons apprendre à mieux nous connaître. J'apprécierais que notre intimité soit respectée."

Vous retrouvez votre fille, vous réalisez qu'elle a presque huit ans, alors qu'elle avait à peine deux ans quand je l'ai quittée.

Âgée de 43 ans, Nazanin Zaghari-Ratcliffe possède la double nationalité, iranienne et britannique. Elle a été libérée la semaine dernière par la justice iranienne qui l'accusait de complot en vue de renverser la République islamique, des accusations qu'elle a toujours niées.

En parallèle de sa libération, et de celle d'un autre binational, Londres a annoncé avoir soldé avec Téhéran une vielle dette, sans établir de liens entre les deux affaires.