Cet article n'est pas disponible depuis votre région

"Cet homme ne peut pas rester au pouvoir", Joe Biden hausse le ton contre Vladimir Poutine

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le président américain Joe Biden au château royal de Varsovie en Pologne le 26 mars.
Le président américain Joe Biden au château royal de Varsovie en Pologne le 26 mars.   -   Tous droits réservés  Petr David Josek/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved   -  

Pour clôturer son voyage de deux jours en Pologne, **le président américain s'est adressé au peuple russe pour lui dire qu'il n'était pas l'ennemi des Etats-Unis.**Mais envers son dirigeant, Joe Biden s'est montré féroce, lors de son discours il n'a eu de cesse de mettre en garde, son homologue russe contre toute tentative d'opération militaire dans l'un des pays membres de l'alliance atlantique.

Ne songez même pas envahir ne serait-ce qu'un pouce du territoire de l'OTAN. Nous avons l'obligation sacrée, en vertu de l'article 5, de défendre chaque pouce du territoire de l'OTAN.
Joe Biden
Président des Etats-Unis

Le dirigeant américain s'est aussi exclamé, _"il ne peut pas rester au pouvoi_r" en parlant une fois de plus de Vladimir Poutine. Une remarque tempérée plus tard par un membre de la Maison Blanche qui a affirmé que Joe Biden ne parlait pas d'un changement de régime en Russie mais du pouvoir que Vladimir Poutine souhaitait imposer dans la région.

Lors de son discours au château royal de Varsovie, Joe Biden a aussi souligné qu'il pensait que cette guerre allait être longue : "Nous devons être lucides sur cette guerre, car elle ne sera pas remportée en quelques jours ni quelques mois, actant qu'il fallait "se préparer au long combat qui nous attend".

Le chef d'Etat américain a passé quatre jours en Europe, où il a assisté à trois sommets diplomatiques avec ses alliés occidentaux de l'OTAN, du G7 et de l'Union européenne, il a rendu visite à des militaires américains en Pologne à quelques kilomètres de la frontière avec l'Ukraine, il a échangé avec des ministres ukrainiens au sujet des sanctions envers la Russie et il est aussi allé à la rencontre des réfugiés ukrainiens dans la capitale polonaise où il a qualifié Vladimir Poutine de "boucher".