Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Russes et Ukrainiens sont arrivés à Istanbul pour discuter

Access to the comments Discussion
Par euronews
Russes et Ukrainiens sont arrivés à Istanbul pour discuter
Tous droits réservés  AP Photo   -  

C’est à Istanbul que débutent ce mardi de nouveaux pourparlers entre Russes et Ukrainiens. Les garanties de sécurité, la neutralité de l’Ukraine ou encore le statut des zones contestées à l’est du pays pourraient être mis sur la table même s’il est peu probable que Kiev fasse des concessions sur l'intégrité territoriale au moment où l’invasion russe patine.

La Turquie, membre de l'OTAN qui entretient de bonnes relations avec la Russie et l’Ukraine, avait déjà accueilli les ministres des Affaires étrangères des deux pays le 10 mars, sans que cela ne débouche sur des avancées significatives.

Le président turque Recep Tayyip Erdoğan se veut toutefois optimiste : "Nous allons brièvement rencontrer les délégations des deux camps avant leur réunion. Ce que je peux déjà dire, c’est que les échanges téléphoniques que nous avons engagés avec M. Poutine et M. Zelensky vont dans une direction positive."

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a tempéré cet optimisme, lundi, en écartant l'idée d’une rencontre entre les présidents des deux pays : "La crise en Ukraine, le conflit à l'intérieur de l'Ukraine, couve depuis si longtemps, depuis tant d’années, qu'un nombre énorme de problèmes se sont accumulés. Donc le simple fait que les deux présidents puissent à ce stade se rencontrer et échanger leurs points de vue serait tout simplement contre-productif."

Sur le terrain, des combats acharnés se poursuivent dans différentes zones du pays. Les autorités ukrainiennes ont affirmé lundi soir avoir repris le contrôle d’Irpin, dans la banlieue ouest de Kiev. Les forces russes sont cependant toujours bien présentes au nord de la capitale.

Les combats se poursuivent aussi à Kharkiv, à l’est du pays, où des mercenaires russes du groupe Wagner ont été déployés, selon le ministère britannique de la Défense. La situation humanitaire reste alarmante à Marioupol où la population est toujours privée d'eau, de nourriture et de médicaments.