Commissaire européen à la Justice : "il y a des preuves évidentes de crimes de guerre à Boutcha"

Access to the comments Discussion
Par euronews
Des soldats ukrainiens marchent au milieu de chars russes détruits à Boutcha
Des soldats ukrainiens marchent au milieu de chars russes détruits à Boutcha   -   Tous droits réservés  AP

La découverte du massacre de Boutcha en Ukraine a suscité l'indignation dans le monde entier. De nombreux responsables politiques occidentaux appellent à ce que la justice internationale soit saisie.

Euronews s’est entretenu avec Didier Reynders, le Commissaire européen à la Justice qui a évoqué la nécessité de récolter les preuves sur le terrain pour juger les responsables de ces crimes.

"Le premier objectif est de collecter les preuves, de les préserver et de donner suffisamment de matériel aux procureurs ukrainiens, européens et à ceux de la Cour pénale internationale qui a la compétence universelle d’organiser non seulement l'enquête, mais aussi de poursuivre les responsables de ces crimes", explique Didier Reynders. 

Pour le commissaire européen, il y a déjà des preuves évidentes de crimes de guerre commise sur le territoire ukrainien : 

"Nous avons relevé des preuves très évidentes de crimes de guerre à Boutcha et dans d'autres villes. Mais pour aller plus loin, nous devons recueillir toutes les preuves possibles. Il peut s’agir de vidéos, de témoignages et de tous types de preuves possibles. Nous sommes tous choqués par les images, mais le délai de la justice est assez long, c’est pourquoi nous devons recueillir ces preuves pour entamer des poursuites et organiser un procès."

Euronews
Didier Reynders, le Commissaire européen à la JusticeEuronews

Nouvelles sanctions contre Moscou

Nouvelle aide militaire à l'Ukraine, renforcement des sanctions contre la Russie: les Occidentaux durcissent mercredi leurs positions après la récente découverte de nombreux cadavres à Boutcha.

L'Union européenne a de son côté promis de nouvelles sanctions "cette semaine" contre la Russie. La Commission européenne a proposé que les Vingt-Sept cessent leurs achats de charbon russe, qui représentent 45% des importations de l'UE, et qu'ils ferment leurs ports aux bateaux opérés par des Russes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky réclamait ces derniers jours des sanctions alourdies et la mise de la Russie au ban de la communauté internationale.

Moscou rejette toute accusation d'exactions, accusant les autorités ukrainiennes de préparer des "mises en scène" de civils tués dans plusieurs villes pour faire condamner le Kremlin.