Cet article n'est pas disponible depuis votre région

[Direct Ukraine] L'Occident veut renforcer les sanctions, Moscou dénonce une "hystérie"

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, AP
Des soldats ukrainiens récupèrent les restes de quatre civils tués à l'intérieur d'un véhicule calciné à Bucha, en Ukraine, mardi 5 avril 2022.
Des soldats ukrainiens récupèrent les restes de quatre civils tués à l'intérieur d'un véhicule calciné à Bucha, en Ukraine, mardi 5 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Felipe Dana/Copyright 2022 The Associated Press.   -  

Nouvelle aide militaire à l'Ukraine, renforcement des sanctions contre la Russie : les Occidentaux durcissent ce mercredi leurs positions après la récente découverte de nombreux cadavres à Boutcha, près de la capitale de l'Ukraine où les bombardements russes se poursuivent dans plusieurs régions cruciales stratégiquement.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté mardi l'ONU à agir "immédiatement" contre la Russie au regard de ses "crimes de guerre" commis selon lui en Ukraine, réclamant notamment son exclusion du Conseil de sécurité dont elle est un des cinq membres permanents avec droit de veto. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui estimé que la découverte de cadavres à Boutcha était une "provocation" visant à faire échouer les négociations en cours entre Kiev et Moscou.

Suivez les derniers événements de la guerre en Ukraine :

06.04.2022
20:16

La Russie bloque l'accès humanitaire à Marioupol pour dissimuler les "milliers" de victimes dans cette ville assiégée du sud-est de l'Ukraine contre laquelle se poursuivent les assauts et les bombardements, a affirmé ce mercredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Je pense que l'une des principales raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas faire entrer d'aide humanitaires dans Marioupol est que, tant que tout n'a pas été 'nettoyé' par les soldats russes, ils ont peur que le monde voie ce qu'il s'y passe", a déclaré M. Zelensky dans un entretien avec la chaîne de télévision turque Habertürk, mis en ligne par la présidence.

Il s'agit "non pas de dizaines mais de milliers de personnes tuées et de milliers de blessés", a-t-il ajouté. "Nous savons combien de militaires (ukrainiens) y sont morts et combien y ont été blessés, mais nous ne savons pas combien de civils".

"Mais, dans tous les cas, ils (les Russes) ne pourront pas tout cacher (...). Un tel nombre, c'est impossible à dissimuler. Et je pense que nous le verrons tous quand nous pourrons entrer" dans Marioupol, a-t-il encore déclaré.

"A Boutcha par exemple ils ont essayé de le faire, ils ont brûlé beaucoup de gens dans cette région : Boutcha, Irpin, Gostomel. Ils ont brûlé des familles. Hier, nous avons de nouveau trouvé une famille : le père, la mère, les deux enfants. De tout petits enfants. C'est pour ça que je dis : ce sont des nazis", a martelé le président ukrainien.

Interrogé sur la possibilité d'une poursuite des pourparlers avec la Russie, M. Zelensky estime que ces négociations "devront avoir lieu de toute façon".

"Nous n'avons pas très envie de négocier avec la Russie après ce que nous avons vu, pas très envie, je dois vous le dire, parce que nous comprenons à qui nous avons affaire", a-t-il ajouté. Mais "nous devons trouver même la moindre possibilité de négocier. Je pense qu'il est difficile d'arrêter la guerre autrement", a-t-il relevé.

06.04.2022
20:11

Les deux filles de Vladimir Poutine figurent sur une nouvelle liste noire de sanctions de l'UE examinées par les représentants des Vingt-Sept, qui comprend plus de 200 noms dont ceux d'hommes d'affaires russes, selon un document consulté par l'AFP.

Cet élargissement des sanctions proposé par la Commission européenne, qui prévoit en outre un arrêt des achats de charbon russe et la fermeture des ports aux bateaux russes, fait suite à la découverte de cadavres portant des vêtements civils à Boutcha, après le retrait des forces russes. 

Vladimir Poutine a dénoncé mercredi "une provocation grossière et cynique" de Kyiv.

Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova, âgées d'une trentaine d'années, sont issues du mariage de Vladimir Poutine avec Lioudmila Poutina dont le président russe a annoncé le divorce en 2013.  

L'aînée, Maria Vorontosa, est sanctionnée pour son rôle dans Nomenko, une importante société de projets d'investissement dans le secteur de la santé qui procure "des sources substantielles de revenus" au gouvernement russe, selon le document.

Sa sœur, Katerina Tikhonova, dirige un fonds de soutien aux jeunes scientifiques russes, fondé par des compagnies dont les dirigeants "sont des membres du cercle d'oligarques proches" de Poutine, selon la même source.

Cette nouvelle liste comprend au total 217 individus et 18 entités.

06.04.2022
20:10

Quatre civils ont été tués et quatre blessés dans le bombardement par les forces russes mercredi d'un centre de distribution d'aide humanitaire à Vougledar, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko.

"Dans la matinée, l'ennemi a cyniquement tiré sur les civils de Vougledar venus recevoir de l'aide humanitaire. Le bombardement a fait quatre morts et quatre blessés", a déclaré M. Kirilenko sur Facebook.

Quelques heures plus tôt, sur la messagerie Telegram, le gouverneur avait écrit que la frappe "à l'aide de roquettes" avait eu lieu "pendant la distribution d'aide humanitaire".

Il avait publié des photos montrant des corps inertes gisant près d'un bâtiment dont les fenêtres avaient été soufflées.

Vougledar, une ville de 15 000 habitants, se trouve à 50 kilomètres au sud-ouest de Donetsk, un centre industriel d'un million d'habitants aux mains depuis 2014 des séparatistes pro-russes.

06.04.2022
20:03

Un petit groupe de soldats ukrainiens qui se trouvaient aux Etats-Unis avant l'invasion russe de l'Ukraine sont formés au maniement des drones tueurs Switchblade que Washington fournit à Kyiv, a indiqué ce mercredi un haut responsable du Pentagone.

"Un petit nombre d'Ukrainiens se trouvaient déjà ici aux Etats-Unis (...) et nous avons saisi l'occasion de les former pendant quelques jours, tout particulièrement aux drones Switchblade, dont l'armée ukrainienne n'est pas familière", a précisé ce haut responsable ayant requis l'anonymat.

"C'est un petit nombre, moins d'une douzaine", a-t-il ajouté. "Ils devraient rentrer en Ukraine prochainement".

06.04.2022
20:02

Joe Biden a dénoncé ce mercredi des "crimes de guerre majeurs" en évoquant les "corps laissés dans les rues après le retrait des Russes" et les "civils exécutés de sang-froid" à Boutcha.

"Ce qui se passe ce n'est rien de moins que des crimes de guerre majeurs. Les nations responsables doivent s'unir pour que les responsables rendent des comptes", a dit le président américain lors d'une conférence syndicale à Washington, en promettant également "d'étouffer pour des années" le développement économique de la Russie.

06.04.2022
18:53

Severodonetsk, la ville la plus à l'est tenue par l'armée ukrainienne, a été mercredi la cible de bombardements soutenus, a constaté une équipe de l'AFP qui a vu un bâtiment en feu, tandis que de rares civils étaient visibles dans les rues.

Certains habitants se risquaient à sortir quand les bombardements s'interrompaient quelques minutes, avant de se mettre à couvert quand les frappes reprenaient.

"Nous n'avons nulle part où aller, ça fait des jours que c'est comme ça", a commenté l'un d'eux, Volodymyr, 38 ans, devant le spectacle du bâtiment en flammes de l'autre côté de la rue. "Je ne sais pas pour qui est cette guerre, mais nous, nous sommes là sous les bombes..."

Quoique plus active, la ligne de front ne semble cependant pas avoir bougé de façon significative ces dernières heures et est toujours située à la périphérie nord de Severodonetsk. Les affrontements de ce jour semblaient se limiter à des échanges d'artillerie.

06.04.2022
18:51

L'Ukraine a demandé à Prague et à Bratislava de l'aider à réparer son matériel militaire endommagé lors des combats contre l'invasion russe, ont indiqué mercredi les ministères tchèque et slovaque de la Défense. 

"L'Ukraine a demandé à la République tchèque de l'aider à réparer le matériel endommagé", a déclaré à l'AFP la porte-parole du ministère tchèque de la Défense, Jana Zechmeisterova. 

"Les procédures et les options des réparations potentielles sont en cours de discussion", a-t-elle ajouté.

Le ministre slovaque de la Défense, Jaroslav Nad, a déclaré de son côté aux journalistes que son pays avait également été sollicité, et que les réparations seraient effectuées par des entreprises privées.

"Si cela se produit, ce sera sur une base commerciale standard. Les entreprises sont privées, elles ne peuvent pas travailler gratuitement", a-t-il ajouté. 

Selon les médias tchèques, Prague a envoyé lundi à l'Ukraine des trains chargés de chars T72 et de véhicules blindés de fabrication soviétique, une opération sans précédent. Mais les sources officielles ont refusé de confirmer cette information. 

"Je suis désolé, je ne peux pas vous en dire plus. La guerre fait rage et nous ne faciliterons pas la tâche aux tueurs avec la lettre 'Z'", a tweeté la ministre de la Défense Jana Cernochova. 

"Croyez-moi que nous envoyons du matériel militaire fondamental à nos amis ukrainiens, et nous continuerons à le faire", a-t-elle insisté. 

Membre de l'Otan depuis 1999, la République tchèque a fourni du matériel militaire d'une valeur d'environ 40 millions d'euros (45 millions de dollars) à l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février. 

La Slovaquie a rejoint l'Alliance atlantique en 2004. 

Les deux pays, qui formaient la Tchécoslovaquie jusqu'à leur séparation pacifique en 1993, ont rejoint l'UE en 2004.

06.04.2022
18:22

Le Royaume-Uni a durci mercredi ses sanctions imposées à Moscou à la suite de l'invasion de l'Ukraine, interdisant tout investissement britannique en Russie et ciblant les secteurs bancaire et énergétique, ainsi que des oligarques.

Dans un communiqué, la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a expliqué que cette nouvelle vague de sanctions visait à "décimer la machine de guerre" du président russe Vladimir Poutine.

"Avec nos alliés, nous montrons à l'élite russe qu'elle ne peut se laver les mains des atrocités commises sur ordre de Poutine", a-t-elle ajouté.

Les nouvelles mesures annoncées dans un communiqué du Foreign Office prévoient "un gel complet des actifs" de la première banque russe Sberbank et la fin des importations de charbon russe d'ici à la fin de l'année. 

Le gouvernement britannique avait déjà indiqué vouloir cesser d'acheter du pétrole russe cette année. Il précise compter "mettre fin aux importations de gaz dès que possible par la suite".

Il vise également des "industries stratégiques et des compagnies publiques", interdisant les importations de fer et acier.

Londres vise nommément huit hommes d'affaires, dont les actifs au Royaume-Uni sont gelés et qui sont interdits d'entrée sur le territoire britannique.

Il s'agit notamment du milliardaire Leonid Mikhelson, qui dirige le conglomérat gazier Novatek, ainsi que les dirigeants du constructeur de poids lourds Kamaz Sergueï Kogoguine, de la banque Gazprombank Andreï Akimov, du pétrolier GazpromNeft Alexandre Dioukov et du géant du diamant Alrosa, Sergueï Ivanov.

Boris Rotenberg, fils du milliardaire proche de Vladimir Poutine qui porte le même nom, est également concerné.

Selon Londres, avec ces mesures, 82 oligarques pesant 170 milliards de livres sterling (200 milliards d'euros) sont désormais sanctionnés ainsi que 18 banques représentant 940 milliards de livres d'actifs (1.120 milliards d'euros).

06.04.2022
18:20

Les autorités finlandaises ont annoncé mercredi avoir saisi plusieurs œuvres d'art de musées russes transitant dans le pays nordique dans le cadre des sanctions européennes contre Moscou, d'une valeur dépassant les 40 millions d'euros.

Les trois lots "incluent des œuvres qui ne peuvent pas être évaluées, elles sont inestimables", a expliqué Hannu Sinkkonen, directeur du service de répression des douanes.

Pour des raisons d'assurance, les tableaux, statues et autres pièces antiques ont été estimées à un total de 42 million d'euros, a-t-il toutefois précisé.

Les autorités sont restées discrètes sur les œuvres concernées, mais ont confirmé que certaines appartiennent au célèbre musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Elles revenaient vers la Russie via la Finlande après avoir été prêtées à des musées en Italie et au Japon. 

Mais les douanes ont estimées que le transfert risquait de contrevenir aux sanctions imposées mi-mars par l'Union européenne à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Dix personnes sont suspectées d'avoir violé ces sanctions, qui incluent la vente, le transfert ou l'exportation de biens de luxe - dont les œuvres d'art - vers la Russie.

La saisie a eu lieu ce week-end au poste-frontière de Vaalimaa, dans le sud-est de la Finlande.

Les œuvres seront entreposées jusqu'à ce que la situation soit clarifiée ou que les sanctions soient levées, ont expliqué les autorités finlandaises. La question a été évoquée avec l'ambassadeur russe en Finlande.

06.04.2022
16:57

Les Etats-Unis ont annoncé ce mercredi une nouvelle volée de sanctions économiques et financières qu'ils qualifient de "dévastatrices" contre la Russie, visant les grandes banques et les enfants de Vladimir Poutine, selon un communiqué de la Maison Blanche.

En plus d'interdire tous les nouveaux investissements en Russie, l'exécutif américain va appliquer les contraintes les plus sévères qu'il puisse imposer aux grandes banques russes Sberbank et Alfa Bank, ainsi qu'à plusieurs grandes entreprises publiques, en réponse aux "atrocités" commises en Ukraine.

Washington va sanctionner également les "enfants adultes" de Vladimir Poutine. Un haut responsable américain a précisé qu'il s'agissait des deux filles du président russe