Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Un vieux chant patriotique ukrainien devient un hymne de la résistance à l'invasion russe

Access to the comments Discussion
Par Vincent Coste  & Andrea Büring
Une personne brandissant un cœur aux couleurs de l'Ukraine lors d'une manifestation devant l'ambassade russe à Bucarest, en Roumanie, le 16 avril 2022
Une personne brandissant un cœur aux couleurs de l'Ukraine lors d'une manifestation devant l'ambassade russe à Bucarest, en Roumanie, le 16 avril 2022   -   Tous droits réservés  AP Photo/Andreea Alexandru   -  

Une jeune femme blonde se tient au centre de Vilnius, la capitale de Lituanie. Elle a l'air inquiète. La broderie d'un chemisier ukrainien traditionnel est visible sous sa veste. Elle prend sa respiration et commence à taper dans ses mains pour battre la mesure.

Puis, elle entame une chanson devenue depuis un hymne, celui de la résistance ukrainienne à l'envahisseur russe : "Oï ou louzi tchervona kalyna" (Oh, les baies rouges de viorne dans la prairie)

Elle s'appelle Eliza Ismalkova et a 21 ans. En 2014, elle a dû fuir la Crimée lorsque la péninsule a été annexée par la Russie. En 2015, elle est allée en Lituanie pour étudier. Et elle y est restée depuis.

En février dernier, sa famille subit une nouvelle fois les assauts des forces russes. La maison familiale est détruite. Mais malgré les bombardements, sa mère et son frère décident de rester en Ukraine pour défendre le pays

Peut-être qu'Eliza a pensé à eux lorsqu'elle a repris cette veille chanson folklorique ukrainienne sur une place de Vilnius. Dans sa vidéo mise en ligne sur Youtube, après le premier couplet, elle est rejointe par une foule qui émerge de l'arrière-plan. Cette foule, ce sont des Lituaniens venus chanter Eliza. Ensemble, ils se sont mobilisés pour récolter des fonds pour l'Ukraine et les victimes de la guerre, l'objectif affiché de cette initiative.

Oh, dans la prairie, un viorne rouge s'est penché,<br>Pour une raison quelconque, notre glorieuse Ukraine est désespérée..<br>Et nous allons prendre cet viorne et nous allons relever ses baies rouges,<br>Et nous allons remonter le moral de notre glorieuse Ukraine, hey, hey !
Première couplet de la chanson patriotique ukrainienne "Oï ou louzi tchervona kalyna"

Le viorne (ou obier et "kalyna" en ukrainien), la plante dont il est question dans cette chanson, est un symbole national ukrainien. Le chant a été composé pendant la Première Guerre mondiale en l'honneur des tirailleurs de la Sitch, une unité de l'Armée de la république populaire d'Ukrainienne, créée après l'effondrement de l'empire russe.

Slav Yakounin / CC BY-SA 4.0
Des baies rouges de viorneSlav Yakounin / CC BY-SA 4.0

Et plus de cent ans plus tard, l’itinéraire de cette chanson est assez incroyable. Aujourd'hui, elle redonne du courage aux Ukrainiens subissant "l'opération spéciale" lancée par Vladimir Poutine. Elle a même acquis une renommée internationale en sortant de ses frontières grâce au chanteur du groupe ukrainien Boombox, Andriy Khlyvnyuk. Ce dernier, lorsque les troupes russes envahissent sa patrie le 24 février, avait décidé d'interrompre une tournée américaine pour prendre lui-même les armes.

Quelques jours après son retour en Ukraine, il apparaît dans une vidéo en treillis, avec une mitrailleuse autour du cou, sur la place Sofiyskaya déserte à Kyiv. Et devant la cathédrale Sainte-Sophie, Andriy se lance et reprend à cappella ce chant patriotique. Il sera le premier à lui donner autant d'écho. Son clip sur Instagram, partagé des milliers de fois, est devenu depuis viral.

Reprise et réinterprétée par de puis d'autres, comme Elyza, la chanson est aussi arrivée aux oreilles de David Gilmour, de Pink Floyd. Ce dernier est profondément touché par cette guerre qui a éclaté en plein territoire européen, car il a une belle-fille et des petits-enfants ukrainiens.

"Comme beaucoup d'autres, nous étions en colère et frustrés de voir un pays indépendant, pacifique et démocratique envahi et son peuple assassiné par l'une des plus grandes puissances du monde", a-t-il déclaré après le déclenchement de l'invasion russe.

Pour afficher leur solidarité avec le peuple ukrainien, Gilmour et d'anciens membres du groupe, Nick Mason et Guy Pratt, décident de reprendre leur instrument. Pour l'occasion, ils font équipe avec le compositeur et producteur Nitin Sawhney pour enregistrer, le 30 mars, le morceau "Hey, Hey, Rise Up". Mais si les Pink Floyd s'occupe de la partie instrumentale, pour la voix, ils incrustent celle d'Andriy interprétant le fameux chant.

La-aussi, les Pink Floyd, séparés depuis 2015, entendent avec leur nouvelle chanson lever des fonds pour venir en aide aux victimes de la guerre en Ukraine.

Et lorsque ce premier enregistrement inédit de Pink Floyd depuis 2014 est mis en ligne sur les plateformes, Andriy est lui à l'hôpital, se remettant d'une blessure infligée par un par obus de mortier.