Cet article n'est pas disponible depuis votre région

“La liberté de la presse est enfin à l’agenda européen”, Reporters sans frontières publie son bilan

Access to the comments Discussion
Par Valentine Hullin  & Océane Duboust
Un passant devant un kiosque à journaux en décembre 2021 à Athènes (Grèce)
Un passant devant un kiosque à journaux en décembre 2021 à Athènes (Grèce)   -   Tous droits réservés  ARIS MESSINIS/AFP or licensors   -  

Contrôle des médias, hostilité croissante contre les journalistes, la Grèce qui dégringole. Reporters sans frontières sort ce mardi son classement mondial sur la liberté de la presse édition 2022. Zoom sur l’Europe.

20 ans, 20 rapports. Chaque année depuis 2002, l’ONG Reporters sans frontières (RSF) passe au peigne fin l’état de la liberté de la presse dans 180 pays du monde. Elle choisit cette fois-ci le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse pour publier carte, tableaux et analyses. Contexte politique, économique, socio-culturel, cadre légal et sécurité, l'organisation s'appuie sur cinq critères et attribue aux pays une note de 0 à 100.

Classement RSF de 2022 des pays européens

Sans trop de surprise, l'Europe reste la tête de classe. Parmi les 10 pays du monde où la liberté de la presse est la mieux garantie, huit sont européens. La Norvège, le Danemark, la Suède, l'Estonie, la Finlande, l'Irlande, le Portugal, et la Lituanie ont tous obtenu une note supérieure à 84. 

RSF au rapport

Trois principales tendances se dégagent du classement 2022. Pavol Szalai en charge du bureau Union européenne et Balkans à RSF développe pour euronews : 

"On constate un retour des assassinats de journalistes, au sein même de grandes métropoles européennes parfois". 

Par exemple, le 4 avril 2021, le journaliste grec Giorgos Karaïvaz spécialisé dans les affaires criminelles, est assassiné en plein jour devant chez lui dans la banlieue sud d’Athènes, alors qu'il rentrait du travail. 

Pavol Szalai poursuit : 

"L'hostilité envers les journalistes est grandissante et se vérifie particulièrement lors des manifestations. On observe aussi un durcissement des mesures liberticides anti-médias, en Pologne, Hongrie, ou Grèce par exemple". 

Tweet de RSF pour la sortie du classement mondial sur la liberté de la presse

Les pays scandinaves caracolent, eux, toujours en tête, suivi de près par deux petits nouveaux, l'Estonie et la Lituanie, qui font leur entrée dans le top 10. 

La France, de son côté, fait un bon en avant de huit places dans le classement, passant du 34ème au 26ème rang. Si le changement méthodologique brouille légèrement les pistes et limite les comparaisons entre 2021 et 2022, il y a bien des améliorations sur la question de la sécurité des journalistes. 

"Un nouveau Schéma national de maintien de l’ordre (SNMO), plus respectueux des droits des journalistes lors des manifestations, a été adopté pour répondre aux violences policières" clarifie Pavol Szalai. 

L'Europe fait face à une forte asymétrie entre des "sociétés ouvertes" attentives à l'indépendance des journalistes et des "régimes despotiques" qui rognent la liberté de la presse et "affaiblissent les démocraties". 

A l'échelle monde, RSF fait état d'un "chaos informationnel" avec "un espace numérique globalisé et dérégulé, qui favorise les fausses informations et la propagande". L'ONG pointe aussi le développement "des médias d'opinions sur le modèle américain Fox news" et la "banalisation des circuits de désinformation". 

RSF précise que l'année 2022 est marqué par un changement dans la méthodologie afin de mieux prendre en compte la numérisation des médias notamment. Aussi, "les comparaisons de rang et de score entre 2021 et 2022 sont à manier avec précaution". 

La Grèce inquiète

Le cas grec préoccupe tout particulièrement RSF. 70ème du classement en 2021, elle chute à la 108ème place cette année. Journalistes surveillés, pressions judiciaires, l'enquête sur l'assassinat du journaliste grec Giorgos Karaivaz, qui patine, le pays multiplie les tares. 

“_Non seulement la Grèce échoue à protéger ses journalistes mais en plus il y a, à l’évidence, une volonté politique de réduire la liberté de la presse_” condamne Pavol Szalai de RSF. 

Tweet de RSF datant du 08 octobre 2021 réclament une accélération de l'enquête sur l’assassinat du journaliste grec Giorgos Karaivaz

Ce recul n'est pas inédit. La Grèce avait déjà perdu cinq places dans le classement entre 2020 et 2021. Soumis à plusieurs crises économiques et un paysage médiatique polarisé, elle fait des journalistes une "proie" qu'il faut maîtriser. 

L’Europe vigilante

Face à ce constat, l'Union européenne réagit. La Commission européenne a présenté mercredi 27 avril un projet de directive contre les "procédures-bâillons". La pratique plombe les rédactions. Le but : ensevelir le média qui dérange sous une avalanche de procès, souvent en diffamation. Frais d'avocat, pièces à fournir, citations à comparaître, l'objectif est d'intimider et entraver le travail des journalistes. 

Tweet de la Commission européenne datant du 27 avril 2022, annonçant la présentation d'une proposition de directive contre les procédures-bâillons

Grâce à ces mesures, nous contribuons à protéger ceux qui prennent des risques et s'expriment lorsque l'intérêt public est en jeu ; lorsqu'ils rendent compte, par exemple, d'allégations de blanchiment d'argent et de corruption, de questions environnementales et climatiques ou d'autres questions importantes pour nous tous " s'est félicité la vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova. 

RSF salue un "pas en avant" et estime que "la liberté de la presse est enfin à l'agenda européen". 

Le Conseil de l'Europe s'est aussi emparé de la question. L'organisation intergouvernementale, partenaire de RSF, dénonce dans un rapport publié le 27 avril dernier, une "érosion" de la liberté de la presse en Europe. Elle pointe particulièrement la situation en Ukraine. “Les journalistes ont récemment été pris pour cibles par l'armée russe dans l'agression en cours contre l'Ukraine, ce qui a coûté la vie à plusieurs d'entre eux". Elle appelle ainsi les gouvernements à prendre “des mesures pour protéger les journalistes, y compris en temps de guerre".