8 mai 1945 : Vladimir Poutine souhaite "un avenir pacifique" aux Ukrainiens

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Le président russe lors d'une réunion au Kremlin, à Moscou, le 20 avril 2022.
Le président russe lors d'une réunion au Kremlin, à Moscou, le 20 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Mikhail Tereshchenko (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Les commémorations du 8 mai 1945 qui marque la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie se déroulent cette année dans un contexte particulier en raison de la guerre menée par la Russie en Ukraine.

"Comme en 1945, la victoire sera à nous", assure Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a assuré que "comme en 1945, la victoire sera à nous", multipliant les comparaisons entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit en Ukraine dans ses vœux du 8 mai.

"Aujourd'hui nos militaires, comme leurs ancêtres, se battent au coude à coude pour la libération de leur terre natale de la crasse nazie, avec la confiance que, comme en 1945, la victoire sera à nous", a affirmé M. Poutine en instrumentalisant une nouvelle fois l'histoire dans ses vœux adressés dimanche aux pays de l'ancien bloc soviétique ainsi qu'aux régions séparatistes de l'est de l'Ukraine.

La Russie justifie son offensive lancée en Ukraine le 24 février par la volonté de "démilitariser" et "dénazifier" l'Ukraine. Pourtant, si la présence de groupes ultra-nationalistes ou néo-nazis est attestée en Ukraine, ces derniers restent très minoritaires.

"Aujourd'hui, le devoir commun est d'empêcher la renaissance du nazisme, qui a causé tant de souffrances aux peuples de différents pays", a-t-il ajouté, souhaitant "que les nouvelles générations soient dignes de la mémoire de leurs pères et grands-pères".

Dans ses vœux, Vladimir Poutine a par ailleurs multiplié les références non seulement aux soldats mais également aux civils du "front intérieur", "qui ont écrasé le nazisme au prix d'innombrables sacrifices".

"Malheureusement, aujourd'hui, le nazisme relève à nouveau la tête", a déclaré le président russe, dans un passage destiné aux Ukrainiens. "Notre devoir sacré est d'empêcher les héritiers idéologiques de ceux qui ont été vaincus" dans ce que Moscou nomme la "Grande Guerre patriotique", de "prendre leur revanche".

Le président a souhaité "à tous les habitants de l'Ukraine - un avenir pacifique et juste".

Lundi, Moscou commémorera la victoire contre l'Allemagne nazie par une parade militaire, l'occasion d'une démonstration de puissance militaire en pleine guerre en Ukraine.

Le "mal est de retour" en Europe, dit Volodymyr Zelensky

Le "mal est de retour" en Europe, a déclaré dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky, comparant l'invasion de l'Ukraine par la Russie à l'agression des pays européens par l'Allemagne nazie, dans un discours de commémoration de la Deuxième Guerre mondiale.

"Des décennies après la Deuxième Guerre mondiale, les ténèbres sont retombés sur l'Ukraine et elle est à nouveau noire et blanche", dit M. Zelensky dans un enregistrement vidéo où il est filmé en noir et blanc devant des immeubles d'habitation détruits.

"Le mal est de retour, dans un uniforme différent, sous des slogans différents, mais avec le même objectif", a-t-il ajouté dans cette vidéo sous-titrée en anglais et présentant des images d'archives du dernier conflit mondial ainsi que des images en noir et blanc de l'invasion russe.

"Des décennies après la Deuxième Guerre mondiale, les ténèbres sont retombés sur l'Ukraine et elle est à nouveau noire et blanche"
Volodymyr Zelensky
Président ukrainien

Le dirigeant ukrainien compare les bombardements des villes européennes par l'Allemagne nazie à ceux de son pays par la Russie. Il accuse Moscou de mettre en oeuvre "une reconstitution sanglante du nazisme" en utilisant "ses idées, ses actions, ses mots et symboles" et de d'en répéter les "atrocités" tout en donnant des justifications "visant à attribuer à ce mal un but sacré".

"Cette année c'est de façon différente que nous disons plus jamais ça !, c'est de façon différente que nous entendons ces mots. Ils résonnent de manière douloureuse, cruelle, sans point d'exclamation mais avec un point d'interrogation. Vous dites plus jamais ça ? Eh bien parlez-en donc à l'Ukraine", a lancé le président ukrainien.

L'ex-république soviétique d'Ukraine a été envahie par les forces armées russes aux premières heures du 24 février dans ce que Moscou a appelé une "opération spéciale" destinée entre autres à "dénazifier" ce pays.

Ukraine et Russie comparent les actions de l'autre à celles de l'Allemagne nazie, dont la défaite face à l'Union soviétique en 1945 est célébrée le 9 mai dans les pays de l'ex-URSS.

Emmanuel Macron commémore la Victoire du 8 mai 1945

Emmanuel Macron a commémoré dimanche à Paris le 77e anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945 des Alliés sur l'Allemagne nazie.

Cette commémoration ouvre une séquence internationale pour le chef de l'Etat qui a participé dimanche à partir de 17h00 à une visioconférence des membres du G7 "relative à la situation en Ukraine", avant de se rendre lundi à Strasbourg pour la journée de l'Europe et, dans la foulée, à Berlin pour y rencontrer le chancelier Olaf Scholz.

Fraîchement réinvesti, le chef de l'Etat est arrivé en voiture pour déposer une gerbe devant la statue du général de Gaulle en bas de l'avenue des Champs-Elysées à 11h00.

Un bleuet à la boutonnière, le président Macron a échangé quelques mots avec le petit-fils du général, avant de remonter dans sa voiture pour rejoindre l'Arc de Triomphe, escorté par la grande escorte mixte de la garde républicaine, salué par quelques passants.

C'était la première fois depuis 2019 que le public était autorisé pour cette cérémonie, après deux années de restrictions à cause de l'épidémie du Covid-19.

Place de l'Etoile, Emmanuel Macron a retrouvé le chef du gouvernement Jean Castex et les ministres des Armées et des Anciens combattants, Florence Parly et Geneviève Darrieusecq.

Il a rendu honneur au drapeau, avant de passer en revue les troupes puis de déposer une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu et raviver la flamme.

"Aujourd'hui, nous commémorons la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe et la victoire des combattants alliés sur l'Allemagne nazie. Nous n'oublions pas les soldats venus de toute l'ex-URSS, y compris ukrainiens et russes, qui ont contribué à cette victoire", a écrit le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur Twitter.