This content is not available in your region

Crime de guerre : prison à vie pour le soldat russe jugé en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Le soldat russe Vadim Chichimarine, accusé de crime de guerre, lors de son procès à Kyiv (Ukraine)
Le soldat russe Vadim Chichimarine, accusé de crime de guerre, lors de son procès à Kyiv (Ukraine)   -   Tous droits réservés  Natacha Pisarenko/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

La tête baissée dans un box de verre, Vadim Chichimarine écoute la sentence : la prison à perpétuité.

Le jeune soldat russe, 21 ans est le premier militaire jugé pour crime de guerre depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Au cours de son procès à Kyiv, il a reconnu avoir abattu un civil ukrainien et a demandé pardon à sa veuve. Il a dit avoir agi sous la pression d'un autre soldat alors qu'il tentait de fuir vers la Russie. 

Son avocat va faire appel : "Eh bien, tout d'abord, le verdict n'est pas encore entré en vigueur. Le fait que je me prépare à faire appel signifie bien sûr que je pense qu'il a été adopté avec des violations" explique Viktor Ovsyannikov, l'avocat de Vadim Chichimarine.

Avant l'audience, le Kremlin s'était déclaré "inquiet" pour le sort du soldat russe, expliquant ne pas pouvoir lui porter assistance sur place en raison de l'absence de représentation diplomatique.

"Malheureusement, nous n'avons pas la possibilité de protéger ses intérêts sur place. Il n'y a pratiquement, aucune activité des agences russes à l'étranger. Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas essayer par d'autres canaux. Le sort de chaque citoyen russe a pour nous une importance capitale" explique Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin.

L'Ukraine a ouvert des milliers de dossiers de crimes de guerre commis selon Kiev par les soldats russes depuis le 24 février. Les enquêteurs affirment avoir déjà identifié "plus de 8 000 cas" présumés de crimes de guerre.

Les ministres de la Justice de cinq pays occidentaux, Etats-Unis, Royaume-Uni, l'Australie, Canada et Nouvelle-Zélande, ont fait savoir qu'ils soutenaient cette action judiciaire.