Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Chaos au Stade de France : entendus au sénat, deux ministres sous pression

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra  et le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 30/05/2022
La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra et le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 30/05/2022   -   Tous droits réservés  Jean-Francois Badias/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Quatre jours après le chaos autour du stade de France, la polémique est loin de retomber. Le président français Emmanuel Macron s'est dit "triste et désolé" pour les 2 700 fans de Liverpool qui avaient un ticket mais qui n'ont pas pu assister à la finale de la Ligue des Champions. Le gouvernement français a même esquissé un début de mea culpa.

"Est-ce qu'on aurait pu faire les choses mieux ou est-ce que cela aurait pu être mieux géré ? Oui. Est-ce qu'il y a eu des blessés ou un drame ? Non. (...) On a surtout ici un enchaînement, une accumulation de faits qu'il va falloir très précisément reprendre, sur lesquels il va falloir faire toute la transparence, le président de la République a été très clair, pour mieux comprendre ce qui s'est passé et surtout améliorer les procédures", a déclaré la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire à l'issue ce mercredi du Conseil de ministres.

A présent tous les yeux sont tournés vers l'audition du ministre de l'Intérieur et de la ministre des Sports. Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castéra s'expliquent en fin de journée devant des commissions du sénat.

Jusqu'à présent, ils ont incriminé les supporters britanniques d'être en grande partie responsables des incidents, avec une _"fraude massive de faux billets"._Selon Gérald Darmanin, "30 000 à 40 000 supporters anglais se sont retrouvés au Stade de France, soit sans billet, soit avec des billets falsifiés".

Pour autant, les chiffres avancés par le gouvernement français restent très critiqués, en Angleterre comme en France.