Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Livraison de systèmes Himars à Kyiv : Moscou accuse Washington de "mettre de l'huile sur le feu"

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Le Donbass sous le feu de l'armée russe
Le Donbass sous le feu de l'armée russe   -   Tous droits réservés  DIMITAR DILKOFF/AFP or licensors

Le ton monte à Moscou après l'annonce de l'envoi à l'Ukraine de roquettes sophistiqués à longue portée . Quelques heures après que Joe Biden a annoncé qu'il allait livrer un petit nombre de ces systèmes HIMARS à Kyiv, tout en s'engageant à ce qu'elle ne soient pas utilisées pour attaquer le sol russe, le porte-parole du Kremlin a vivement critiqué cette initiative.

"Nous pensons que les États-Unis ajoutent volontairement et avec diligence de l'huile sur le feu", a réagi Dmitry Peskov. "Les États-Unis adhèrent évidemment à la ligne de conduite consistant à lutter contre la Russie 'jusqu'au dernier Ukrainien'. De telles livraisons ne contribuent pas à réveiller le désir des dirigeants ukrainiens de reprendre les négociations de paix. Par conséquent, nous traitons cela, bien sûr, de manière négative".

Washington n'est pas la seule capitale occidentale à accélérer les livraisons d'armes sophistiquées à l'Ukraine. Cible de nombreuses critiques pour sa réaction lente, Berlin a annoncé l'envoi d'un système de défense anti-aérien .

"Dans les semaines à venir, nous allons également livrer plus d'armes. Par exemple, le gouvernement a décidé d'envoyer le système Iris-T - le système le plus moderne que l'Allemagne possède actuellement. Nous permettons ainsi à l'Ukraine de protéger une grande ville entière des frappes aériennes russes. Et cela aussi, c'est une décision de ce gouvernement", a fait connaître Olaf Scholz, le Chancelier allemand.

Les troupes russes contrôlent déjà plus de la moitié de Severodonetsk, selon le gouverneur de Louhansk. C'est leur avancée qui aurait poussé les Occidentaux à livrer de l'armement plus moderne à l'Ukraine.

Fin avril, Paris avait annoncé envoyer des canons Caesar capable de tirer des projectiles à près de quarante kilomètres.

Jusqu'ici de nombreux pays se sont engagés à faire parvenir de l'armement à Kyiv sans que l'on sache toujours si leur livraison s'est concrétisée.