This content is not available in your region

Réfugiées ukrainiennes : "En Espagne, on ne se sent pas plus en sécurité qu'en Ukraine"

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Valentyna Kasian, une réfugiée ukrainienne qui est arrivée en Espagne
Valentyna Kasian, une réfugiée ukrainienne qui est arrivée en Espagne   -   Tous droits réservés  Euronews

Certaines familles ukrainiennes, qui ont fui la guerre, rencontrent d'importantes difficultés dans les pays qui les accueillent. C'est le cas de Valentyna Kasian qui est arrivée en Espagne avec sa famille et ses proches.

"Pendant une semaine nous sommes restés dans un hôtel à Madrid. Puis un matin, nous nous sommes retrouvés avec nos valises à chercher un endroit où passer la nuit, un endroit où manger. Nous ne savions pas où aller, à qui nous adresser, à quelle organisation demander de l'aide", explique Valentyna Kasian avec les larmes aux yeux.

Livrées à elles-mêmes, Valentyna et ses proches ont dû voyager dans plusieurs villes espagnoles pour trouver refuge. Finalement une association à Madrid les a aidés à trouver un logement.

"Nous nous sommes retrouvés à la rue sans argent et sans nourriture"

"Honnêtement, en Espagne, on ne se sent pas plus en sécurité qu'en Ukraine, nous avons même pensé à retourner chez nous. Parce que nous attendions de l'aide, mais au final nous nous sommes retrouvés à la rue dans un pays étranger, sans argent, sans nourriture, sans logement. C'est très dangereux, nous avons deux enfants en bas âge , c'est très angoissant", dit la jeune femme ukrainienne.

La Fondation Madrina dispose d'un centre où elle reçoit des appels de femmes ukrainiennes, mais aussi de familles espagnoles qui acceptent de les héberger. Mais avec l'inflation galopante, la situation commence à se compliquer pour les réfugiés. 

"Nous nous occupons de cette famille depuis trois mois. Malheureusement les factures d'électricité et d'eau ont beaucoup augmenté. Nous ne pouvons plus nous occuper de cette famille", explique à Euronews Anastasia Lvova qui travaille dans l'association espagnole. 

Aides du gouvernement espagnol

Depuis le début de la guerre, quelque 125 000 réfugiés ukrainiens sont arrivés en Espagne. Le gouvernement a annoncé une aide de 400 euros à partir de juillet pour ceux qui n'ont pas effectué les démarches administratives et qui se sont retrouvés en dehors du dispositif d'accueil.

Le gouvernement espagnol a annoncé qu'il n'y avait pas de familles ukrainiennes sans logement, affirmant qu'il y aurait suffisamment de places pour les réfugiés venant d'Ukraine.

"L'intégration passe par le travail"

Pour le président de la Fondation Madrina, l'intégration des réfugiés en Espagne passe nécessairement par le travail : "Il faut favoriser une intégration immédiate de ces personnes dans le marché du travail espagnol avec une reconnaissance de leurs qualifications et il faut inciter les entreprises à les embaucher grâce à des déductions fiscales".