This content is not available in your region

L'OTAN lance la ratification pour les adhésions de la Suède et de la Finlande

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Accord entre la Turquie et la Finlande et la Suède lors du sommet de l'OTAN à Madrid, en Espagne, mardi 28 juin 2022.
Accord entre la Turquie et la Finlande et la Suède lors du sommet de l'OTAN à Madrid, en Espagne, mardi 28 juin 2022.   -   Tous droits réservés  AP Photo

Les trente pays membres de l'OTAN ont lancé mardi le processus de ratification pour les adhésions de la Suède et de la Finlande, une décision historique pour les deux pays nordiques dictée par la guerre menée par la Russie en Ukraine.

"La signature des protocoles d'adhésion lance le processus de ratification dans chacun des pays membres", a annoncé le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, avant que les ambassadeurs des pays de l'Alliance ne paraphent ces protocoles lors d'une cérémonie au siège de l'OTAN à Bruxelles.

"A 32, nous serons encore plus fort (...) au moment où nous faisons face à la plus grave crise sécuritaire depuis des décennies", a-t-il souligné.

"Après des semaines de pourparlers intenses sur des préoccupations de sécurité posées par la Turquie, un terrain d'entente a été trouvé et le sommet de Madrid a invité les deux candidats à rejoindre l'OTAN", a-t-il rappelé.

Ankara pose ses conditions

La Turquie a toutefois conditionné sa ratification aux respects des engagements pris par les deux pays nordiques pour lutter contre le terrorisme lors de ce sommet.

"S'ils remplissent leur devoir, nous soumettrons (le mémorandum) au Parlement" turc en vue de son adoption, mais "s'ils ne le font pas, il est hors de question pour nous de l'envoyer au Parlement...", a prévenu le président Recep Tayyip Erdogan.

La Turquie attend l'extradition de "73 terroristes" par la Suède. L'engagement figure dans un mémorandum signé à Madrid entre les dirigeants des trois pays avant l'ouverture du sommet la semaine dernière.

Ankara réclame depuis plusieurs années à Stockholm l'extradition de militants kurdes et de personnes proches du mouvement fondé par le prédicateur Fethullah Gülen, accusé par les autorités turques d'avoir fomenté la tentative de coup d’État de juillet 2016.

La Turquie ne s'est pas opposée à la finalisation des pourparlers et des protocoles d'adhésion lundi au siège de l'Alliance à Bruxelles avec la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde et son homologue finlandais Pekka Haavisto.

"Nous espérons que la ratification se passera rapidement", a déclaré mardi le chef de la diplomatie finlandaise avant la signature des protocoles d'adhésion.

"La signature des protocoles d'adhésion nous accorde le statut de pays invité", a pour sa part rappelé la ministre suédoise.

Mais les deux candidats ne bénéficieront pas de la protection de l'article 5 de la Charte de l'OTAN en cas d'attaque tant que les 30 pays membres n'auront pas ratifié leur adhésion.