This content is not available in your region

Grève à la SNCF : la direction accorde une hausse des salaires

Access to the comments Discussion
Par Sarah Missaoui  & AFP
euronews_icons_loading
Des voyageurs attendent leur train à Gare de Lyon à Paris le mercredi 6 juillet 2022.
Des voyageurs attendent leur train à Gare de Lyon à Paris le mercredi 6 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Geoffroy Van der Hasselt (AFP)

Pagaille sur les rails ce mercredi en France. Les départs en vacances étaient perturbés par une grève à la SNCF. Les TGV, les TER et le réseau francilien étaient touchés.

Côté TGV, 3 trains sur 5 circulaient sur l'axe Est, 3 trains sur 4 sur les axes Nord et Atlantique, et 4 trains sur 5 sur l'axe Sud-Est, selon SNCF Voyageurs. Deux Ouigo sur 3 devaient être maintenus, tandis que le trafic international (Eurostar, Thalys, Lyria) devait être "normal" ou "quasi normal".

Tous les clients dont les trajets ont été annulés ont normalement été prévenus par SMS ou par courriel. Des clients qui pour la plupart comprennent la grève  :

"Ça ne me dérange pas, au contraire, je trouve que c'est normal et je pense que c'est bien que les gens se battent. Je ne suis pas impacté parce que je suis retraité mais je trouve que c'est très bien." confiait ce retraité de 64 ans.

Les quatre syndicats des cheminots - CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT - avaient appelé à un mouvement social pour réclamer une hausse de 7% des salaires face à une inflation qui s'envole..

Pour Fabien Villedieu, conducteur de train et porte-parole du syndicat SUD "le problème numéro un en France, ce n'est pas la grève à la SNCF, c'est le gel des salaires et la perte en termes de pouvoir d'achat."

A l'issue de cette journée de grève, la direction de la SNCF a accordé une augmentation médiane de 3,1% à l'ensemble des salariés. Plusieurs mesures concourent à cette augmentation qui sera de 3,7% pour les petits salaires, et 2,2% pour les cadres, soit une médiane de 3,1% (70.000 salariés seront augmentés de plus de 3,1%, et 70.000 de moins), a précisé François Nogué, le directeur des ressources humaines de l'opérateur, à l'issue d'une longue table-ronde avec les syndicats.

La valeur du point sera relevée de 1,4%, et tous les salaires seront aussi augmentés de 500 euros sur l'année. Les indemnités liées à la production (heures de nuit, dimanche, fêtes, astreintes) seront revalorisées de 4% en moyenne.

Par ailleurs, les salaires d'embauche des agents d'exécution ont également été revalorisés de 4%.