Cet article n'est pas disponible depuis votre région

"Pourquoi avez-vous commencé la guerre?" : Sergueï Lavrov boude le G20 et ignore les questions

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Sergueï Lavrov et son homologue chinois à Nusa Penida, Bali, le 7 juillet 2022
Sergueï Lavrov et son homologue chinois à Nusa Penida, Bali, le 7 juillet 2022   -   Tous droits réservés  AP/Russian Foreign Ministry Press Service   -  

Serguei Lavrov et son homologue américain, le secrétaire d'Etat Antony Blinken, étaient réunis pour la première fois depuis le début de la guerre en février à l'occasion de cette réunion des chefs de la diplomatie des 20 plus grandes économies mondiales.

Le sommet, organisé sur l'île de Bali, n'a débouché sur aucune décision concrète.

Dès son arrivée à Bali, le ministre russe des Affaires étrangères a été interpellé par la presse qui l'interrogeait au moment où il saluait la cheffe de la diplomatie indonésienne.

"Pourquoi avez-vous déclenché la guerre" pouvait-on entendre à l'adresse de Serguei Lavrov. L'envoyé du Kremlin a souri aux photographes en ignorant la question.

Les participants du G20 ont "exprimé leur profondes inquiétudes à propos des conséquences humanitaires de la guerre" en Ukraine, a précisé la ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, en clôturant la réunion.

L'Indonésie, qui s'est efforcée de maintenir une position de neutralité en tant que pays hôte du G20, avait, à son ouverture, appelé à la fin du conflit, soulignant ses graves conséquences dans le monde entier.

"Il est de notre responsabilité de terminer la guerre au plus tôt et de régler nos différends à la table des négociations, pas sur le champ de bataille", avait déclaré Mme Marsudi, en présence de M. Lavrov.

L'effet de la guerre "se fait sentir dans le monde entier, sur l'alimentation, l'énergie et les budgets", a-t-elle souligné. "Et comme toujours, les pays pauvres et en développement sont les plus touchés".

Le G20 n'a pas non plus unanimement condamné l'invasion russe, seuls "certains membres" l'ayant fait, a souligné Mme Marsudi, au premier rang desquels les Etats-Unis.

Ce que nous avons déjà entendu aujourd'hui est un important chœur du monde entier, pas seulement des Etats-Unis pour (...) que l'agression (russe) cesse
Anthony Blinken
secrétaire d'Etat américain

- "Guerre injustifiable" -

Ces appels n'ont pas été du goût de M. Lavrov, qui a en retour boudé plusieurs sessions du sommet.

Il a ainsi quitté celle du matin lorsque la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a critiqué Moscou au sujet de cette guerre, selon des diplomates.

M. Lavrov n'a pas non plus participé à la session au cours de laquelle le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, s'est exprimé en ligne et Antony Blinken a condamné la Russie, ont indiqué plusieurs diplomates à l'AFP.

M. Blinken avait refusé de rencontrer son homologue russe séparément, et a dénoncé la responsabilité de la Russie dans les crises alimentaires et énergétiques mondiales, en lui demandant notamment d'autoriser la sortie des céréales d'Ukraine.

M. Lavrov a répondu queMoscou ne courrait pas après Washington pour des pourparlers.

Le chef de la diplomatie russe a reproché aux pays occidentaux d'instrumentaliser l'arène du G20 plutôt que de discuter des grands problèmes mondiaux.

Nos partenaires occidentaux cherchaient à éviter de parler des questions économiques mondiales. Dès qu'ils prenaient la parole, ils se lançaient presque tout de suite dans une critique effrénée de la Russie sur la situation en Ukraine, en nous qualifiant d'agresseurs
Sergueï Lavrov
ministre russe des Affaires étrangères

Antony Blinken avait de son côté rencontré auparavant les ministres français, allemands et un représentant britannique pour parler de cette guerre "injustifiable et non provoquée", a indiqué le département d'Etat. Ils y ont examiné "les façons de répondre aux inquiétudes sur la sécurité alimentaire mondiale qui résultent du ciblage délibéré par la Russie de l'agriculture ukrainienne".

Les Etats-Unis, soutenus par une partie de leurs alliés occidentaux, appellent notamment à exclure la Russie des forums internationaux.

Mais l'Indonésie, soucieuse de sa neutralité, avait invité le ministre des Affaires étrangères russe tout comme son homologue ukrainien.

Ce dernier, Dmytro Kuleba, a demandé aux participants de "se remémorer les 344 familles qui ont perdu leurs enfants en écoutant les mensonges russes".

"Le ministre du pays responsable de leur décès est devant vous aujourd'hui pour partager ses pensées sur la manière dont la Russie voit la coopération dans notre monde globalisé", a-t-il poursuivi.

- Pas de photo -

Ce G20 devait être un prélude au sommet des chefs d'Etat qui doit se tenir à Bali en novembre, initialement consacré aux moyens d'assurer la reprise mondiale après la pandémie de coronavirus.

Mais l'invasion de l'Ukraine a changé les priorités, avec des Occidentaux vent debout contre l'offensive russe, et l'envolée des prix alimentaires et de l'énergie.

Signe des tensions dans cette réunion, il n'y aura pas de photo de groupe à la fin, contrairement à la tradition, a précisé un responsable indonésien.