27 ans après le génocide de Srebrenica, les restes de 50 victimes enterrés

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Prières devant les cercueils à Srebrenica (11/07/2022)
Prières devant les cercueils à Srebrenica (11/07/2022)   -   Tous droits réservés  Armin Durgut/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.   -  

27 ans après le génocide de Srebrenica, des restes humains continuent d'être mis en terre.

50 cercueils mis en terre

Ce lundi, 50 cercueils ont été inhumés dans le cimetière où reposent déjà 6 671 hommes et adolescents abattus en juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie

Nura a enterré les restes de son mari et de son frère : "Nous avons retrouvé les corps incomplets il y a cinq ans. Nous avons attendu dans l'espoir de trouver davantage de restes, mais ça n'a pas été le cas, alors nous avons décidé d'enterrer ce que nous avions. J'ai aussi un autre frère qui n'a jamais été retrouvé et un autre que nous avons déjà enterré."

Nous avons retrouvé les corps incomplets il y a cinq ans.
Proche de disparus

1 200 victimes encore recherchées

Dirigeants politiques et religieux ont participé à cette cérémonie commémorative organisée chaque année depuis 27 ans. Des familles vivent encore dans l'espoir de retrouver des traces de leurs proches disparus. 1 200 victimes sont toujours recherchées.

Dans la ville de Mostar, l'une des plus touchées durant la guerre, une gerbe de fleurs a été jetée dans la Neretva, avant qu'un homme ne plonge dans le fleuve depuis le vieux pont reconstruit. “Chaque année, c'est notre manière de commémorer, sans applaudissements. Car c'est un jour triste. J'espère que personne n'oubliera ce qu'il s'est passé", dit un spectateur.

J'espère que personne n'oubliera ce qu'il s'est passé.

Les Pays-Bas, qui avaient déployé des Casques bleus en 1995 pour défendre la population de Srebrenica, ont présenté leurs "plus profondes excuses" aux familles des victimes au nom de la communauté internationale.

Autre hommage, celui du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, qui a rappelé que l'invasion de l'Ukraine par la Russie avait "ramené une guerre brutale sur notre continent".