En Espagne, deux personnes sont mortes d'un coup de chaleur en travaillant

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Un ouvrier place des pavés lors d'une journée chaude et ensoleillée à Madrid, en Espagne, lundi 18 juillet 2022.
Un ouvrier place des pavés lors d'une journée chaude et ensoleillée à Madrid, en Espagne, lundi 18 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Manu Fernandez

Un employé d'une cinquantaine d'années est décédé près de Madrid, après avoir été victime d'un coup de chaleur lié aux températures extrêmes sur son lieu de travail. 

Ce décès porte à deux le nombre de personnes décédées durant leur temps de travail dans l'agglomération madrilène en raison de la forte chaleur, depuis le début de la canicule en Espagne il y a plus d'une semaine.

Selon un porte-parole des services d'urgence, la victime a fait un malaise vendredi après-midi alors qu'elle travaillait avec des collègues dans un entrepôt de Mostoles, dans la banlieue de Madrid, sous des températures très élevées. "Lorsque (les secouristes) sont arrivés, il faisait des convulsions" et avait une température corporelle "de 42,9 degrés", a expliqué ce porte-parole. Il est décédé dans la nuit de vendredi à samedi dans un hôpital madrilène où il avait été admis.

"Un grand homme"

La ville de Madrid avait annoncé pour sa part samedi la mort d'un employé de voirie de 60 ans, victime lui aussi d'un coup de chaleur durant ses heures de travail. Lorsque les secours l'avaient pris en charge, sa température corporelle était de 41,6 degrés.

"Je porterai toujours en moi l'exemple de mon père", a témoigné son fils sur Twitter, décrivant "un grand homme, travailleur jusqu'à la mort". "Où que tu sois, tu continueras à nous donner cette force que tu nous transmettais vivant", a-t-il ajouté.

"Ce type d'événement ne devrait jamais se produire", ont dénoncé dans un communiqué commun les deux principaux syndicats espagnols, l'UGT et CCOO, en appelant tous les acteurs concernés à agir pour empêcher ce genre de situations.

"L'inspection du travail est en train d'enquêter" sur la mort de l'employé municipal madrilène, a tweeté de son côté le ministre communiste du Travail Yolanda Diaz. "Il faut voir pourquoi les mesures (de prévention) communiquées aux entreprises (...) n'ont pas été mises en oeuvre pour prévenir ce type d'accident", a-t-elle ajouté.