Serbie : les navires sabordés du Danube devraient bientôt être retirés du fleuve

Access to the comments Discussion
Par Natasha Jovanovic
Des personnes se reposant sur la rive du Danube lors d'une journée ensoleillée à Belgrade, en Serbie, samedi 23 mai 2020.
Des personnes se reposant sur la rive du Danube lors d'une journée ensoleillée à Belgrade, en Serbie, samedi 23 mai 2020.   -   Tous droits réservés  Photo : Darko Vojinovic (Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.)

C'est un spectacle qui s'observe presque uniquement l'été, au niveau de la ville serbe de Prahovo, lorsque les eaux du Danube sont basses. 

En Serbie, quelques-uns des près de 200 bateaux coulés par le Reich dans cette partie du fleuve en septembre 1944 pointent parfois le bout de leur carcasse.

Le sabordage des navires allemands a été décidé à l'époque par le contre-amiral allemand Paul Willy Zieb. Face à l'impossibilité de ramener jusqu'au Reich toute la flotte de la mer Noire avant l'arrivée des Soviétiques, il a préféré la saborder pour qu'elle ne tombe pas aux mains de l'Armée rouge.

"Les navires ont été coulés pour ne pas tomber entre les mains de l'Armée rouge qui avançait très vite, mais aussi pour bloquer et rendre difficile la navigation sur le fleuve", explique l'archéologue Gordana Karovic

Aujourd'hui, la navigation reste périlleuse dans cette partie du Danube. Le passage des navires prend souvent deux à trois heures.

"C'est très risqué et très dangereux car il y a notamment plusieurs tonnes d'explosif sous l'eau. Nous ne savons pas ce qui peut arriver lorsqu'un navire en eau basse se retrouve avec neuf autres navires de 15 ou 16 tonnes dont les hélices font des vibrations", raconte Sasha Markovic, capitaine de navigation fluviale. 

Par le passé, il y a déjà eu plusieurs tentatives pour les enlever mais l'une d'elles réalisée il y a quarante ans s'est soldée par des explosions et la mort de plusieurs personnes.

Le gouvernement serbe va allouer 29 millions d'euros pour entreprendre leur retrait à partir du mois d'octobre prochain.

Le réchauffement climatique qui entraîne notamment une diminution plus fréquente du débit de l'eau sur le Danube a rendu urgente cette opération à venir.