Pour l'Allemagne, la réduction des livraisons de gaz russe est un "jeu de pouvoir"

Access to the comments Discussion
Par euronews
Usine de stockage de gaz Reckrod, près d'Eiterfeld en Allemagne, 14 juillet 2022,
Usine de stockage de gaz Reckrod, près d'Eiterfeld en Allemagne, 14 juillet 2022,   -   Tous droits réservés  AP   -  

L'Allemagne accuse la Russie d'utiliser le gaz comme arme économique et politique.

Cette déclaration intervient alors que l'entreprise russe Gazprom, a baissé mercredi à près de 20% les capacités du gazoduc Nord Stream 1. Le géant russe invoque une opération de maintenance sur une turbine.

Mais selon Berlin il s'agit d'un "jeu de pouvoir" et d'une réduction "qui n'a pas de cause technique".

"La turbine est bien là. Elle a été entretenue. Nos partenaires canadiens ont accepté de la livrer. Nous leur en sommes très reconnaissants. Donc, de notre point de vue, rien ne s'oppose au transport de la turbine vers la Russie. Ce que nous voyons ici est en réalité un jeu de pouvoir et nous ne nous laisserons pas impressionner par cela", a déclaré Christiane Hoffmann, la porte-parole du gouvernement allemand. 

De son côté, le Kremlin explique la réduction des livraisons par les sanctions occidentales prises contre la Russie qui, selon Moscou, compliquent les travaux. Mais beaucoup de spécialistes s'accordent à dire que la crise énergétique actuelle a une portée plus large.

Bras de fer énergétique

"Est-ce qu'il y a ici une volonté stratégique de la part de Gazprom et des autorités russes de réduire les approvisionnements en gaz et d'utiliser le secteur de l'énergie comme un moyen de pression ? Ma réponse est oui. Il y a très clairement une décision politique. Parce que nous ne sommes pas dans une situation habituelle. Nous sommes dans un contexte de conflit à grande échelle qui oppose des pays, c'est une confrontation entre l'Occident collectif et la Russie, et tout le monde est conscient de ça", a expliqué Stanislav Mitrakhovich, un expert en énergie à l'Université des finances du gouvernement russe. 

Mi-juin, le volume avait été réduit à 40% de la normale, avant un arrêt complet pendant 10 jours pour une maintenance annuelle entre le 11 et le 21 juillet. Les flux ont depuis repris.

L'énergéticien russe Gazprom avait annoncé lundi cette nouvelle baisse drastique des livraisons, qui intervient dans le contexte de bras de fer énergétique entre Moscou et les Occidentaux depuis le début de l'offensive russe en Ukraine.

L'arrivée de gaz en Allemagne depuis la Russie atteignait depuis 09H00 (07H00 GMT) mercredi quelque 14,4 gigawattheures (GWh), contre près de 29 GWh en moyenne ces derniers jours.

L'Europe s'engage à réduire sa consommation

Pour tenter de prévenir les risques de pénuries cet hiver, les 27 membres de l'UE se sont accordés mardi sur un plan prévoyant que chaque pays fasse "tout son possible" pour réduire, d'ici à mars 2023, sa consommation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période.

La Russie représentait jusqu'à l'an dernier quelque 40% des importations gazières de l'UE.