Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Top départ pour le tour de France de Jean Asselborn, "cycloministre" luxembourgeois

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Archives : Jean Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, lors d'un sommet de l'Union européenne à Bruxelles, le 18 juillet 2022
Archives : Jean Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, lors d'un sommet de l'Union européenne à Bruxelles, le 18 juillet 2022   -   Tous droits réservés  FRANCOIS WALSCHAERTS/AFP

C'est parti pour 1 000 km ! Joignable en permanence, le chef de la diplomatie du Luxembourg, Jean Asselborn, 73 ans, s'est lancé ce dimanche dans un nouveau tour de France à vélo en solitaire, avec l'ascension du Ventoux en point d'orgue. Mais, il est prêt à l'interrompre si la guerre en Ukraine exige une réunion d'urgence.

"L’Histoire a toujours eu raison de ceux qui tuent, qui violent, qui volent, comme ne sont capables d’agir que les grands criminels de guerre. Cette fois-ci, ce ne sera guère différent", affirme-t-il dans son journal de voyage publié sur son compte Facebook.

Jean Asselborn se dit écœuré par les massacres commis par le président russe Vladimir "Poutine et par tous ceux qui en Russie, bénis par le patriarche orthodoxe Kirill, ont déclaré que les Ukrainiens ne sont pas dignes de vivre dans leur propre Etat, parce qu’ils seraient tous des nazis et donc ne méritent que la mort".

Le retrait de Kirill de la liste noire des sanctions de l'UE a été exigé par le Premier ministre hongrois Viktor Orban pour donner son accord à un embargo européen sur les produits pétroliers russes.

"Être du côté du peuple ukrainien, c’est être aux côtés de l’agressé, la seule place digne de l’Union européenne et de ses valeurs", insiste le ministre.

Le Ventoux en ligne de mire

Jean Asselborn est réputé pour son franc parler et très populaire pour cette raison au Grand-Duché. Figure du Parti socialiste, associé en coalition au gouvernement dirigé par le libéral Xavier Bettel, il est le doyen des ministres des Affaires étrangères de l'UE.

Le vélo est sa passion. Le "cycloministre" du Grand-Duché ne perd aucune occasion pour s'évader avec sa petite reine et il a préparé méticuleusement la 8e édition de son tour de France.

Parti de Schengen tôt ce dimanche matin, il a gagné Nancy, première étape d'une escapade dont le grand moment sera l'ascension du Mont Ventoux. Près d'un millier de kilomètres jusqu'à Sainte-Maxime (Var), le long de la Moselle, du canal de l'Est, de la Saône puis du Rhône.

Un portable dans la sacoche, un costume prêt au cas où une réunion d'urgence l'oblige à abandonner son périple, Jean Asselborn se dit fin prêt pour son "tour de France".

Son genou droit le tracasse, mais pas au point de le contraindre à renoncer. La première étape s'est déroulée sans problème. "Il a fait chaud, mais c'était faisable, sauf un sale vent qui m'a taquiné tout le temps", a-t-il confié à l'AFP.

Dans son journal de bord il mélange photographies et réflexions sur la politique. Et il a immortalisé son passage près de la centrale française de Cattenom, bête noire des Luxembourgeois : "Espérons que la solidarité européenne en cas de crise énergétique nous épargnera de glisser vers le nucléaire aux dépens des énergies renouvelables".