Le Qatar fait émerger une nouvelle génération de stylistes de mode

Par Miranda Atty & Scheherazade Gaffoor
Q365
Q365   -   Tous droits réservés  euronews   -  

De la première école de mode au Qatar à un incubateur de stylisme au cœur de sa capitale Doha, nous explorons les collections innovantes de la nouvelle génération et découvrons comment le pays est en train de devenir un hub de la mode de la région.

Soutenir les jeunes pousses du stylisme

Parmi les centres-clés dédiés à l'innovation, figure la plus ancienne université de mode et de stylisme Virginia Commonwealth University School of the Arts (VCUarts). Le cursus dédié à la mode aide les stylistes en devenir, de la conception aux projets finaux.

Ayatallah Mohamad fait partie d'un groupe de talentueux diplômés qui ont présenté leurs créations lors d'un défilé intitulé "It's history (non) repeating" ("L'histoire ne se répète pas")

Elle nous explique son concept : "Cela s'appelleAna Ahli u Ahli Ana : c'est en arabe et cela signifie en gros : je suis ma famille et ma famille est moi. On prend lentement les traits de nos proches et ensuite, on décide de ce qu'on garde et de ce qu'on enlève : comme cela, on devient un être à part entière, on devient soi-même," estime-t-elle.

VCUarts Qatar
Ayatallah Mohamad, jeune diplômée en stylismeVCUarts Qatar

La collection de Hira Nisar avait pour titre, "Swing Motion". "Elle évoque mon conflit personnel qui me fait faire des allers-retours entre mes racines pakistanaises et ma vie ici à Doha," indique la jeune créatrice. "J'ai pris des références des traditions pakistanaises," poursuit-elle, "et je les ai associées avec des techniques modernes de broderie et de confection."

Les diplômés s'apprêtent à faire leurs premiers pas en dehors du cadre protégé de l'université. Et si une partie d'entre eux veulent partir à l'étranger, la plupart des membres de la promotion 2022 espèrent créer leur propre ligne à Doha.

VCUarts Qatar
Hira Nisar, jeune diplômée en stylismeVCUarts Qatar

Un incubateur dédié à la mode

M7 est un ensemble de studios, d'espaces de co-working et de programmes d'incubation spécialement conçus pour faire émerger de nouveaux stylistes. Une approche qui contribue à remplir l'objectif du Qatar de devenir une économie du savoir.

Directrice de M7, Maha Al Sulaiti nous présente la mission de ce lieu. "Nous nous associons à différentes entités qui apportent quelque chose d'unique à l'écosystème créatif ; l'une d'elles, c'est le concept store Studio 7 qui est un espace inédit, unique en son genre au Qatar : il accueille des stylistes du pays et de la région et permet de partager l'histoire ou le récit qui se cache derrière les produits," précise-t-elle.

Maha Al Sulaiti indique qu'une part importante de M7, ce sont les expositions qui se tiennent sur place comme "Christian Dior Designer of Dreams" ("Christian Dior, Styliste des Rêves") dans le cadre du programme Zwara. Sept stylistes locaux ont pour l'occasion, créé des pièces inspirées du couturier français et de la culture. Au sein de Scale 7, les stylistes se voient offrir le suivi de tuteurs et des conseils commerciaux. Mais l'ambition générale de M7 est de fournir des espaces propices à la collaboration, l'innovation et la créativité, à fois pour les stylistes expérimentés ou non.

euronews
La directrice de M7 Maha Al Sulaiti nous présente Scale 7euronews

Liwan : un hub créatif

Liwan Design Studios and Labs fait partie de l'initiative Qatar Museums. Cette ancienne école réservée aux filles est désormais, un lieu où ceux qui innovent dans la mode peuvent se rencontrer et mener des projets passionnants.

Responsable de la programmation, Khalid Albaih résume ainsi le credo de son département : "Si vous êtes intéressés par le stylisme et l'art et que vous avez envie d'être entouré de créativité et de création, c'est le bon endroit pour vous. "

Pendant la pandémie de Covid, Isa Ali Aljahama et son cousin ont décidé de transformer leur hobby en entreprise en utilisant du cuir au tannage végétal pour fabriquer des produits à la main. Sur le site, leur atelier de cuir s'efforce de s'approvisionner de manière éthique : "On essaie autant que possible, du début à la fin, de respecter au mieux l'environnement, le consommateur et les personnes qui travaillent pour nous," affirme Isa Ali Aljahama.

C'est un thème que l'on retrouve à Liwan du côté de Roni Helou, styliste et directeur de la création de sa marque de prêt-à-porter éco-responsable de luxe, basée entre Beyrouth et Doha. "On crée des pièces modernes et cool pour hommes et femmes en mettant l'accent sur nos valeurs que sont l'approche durable, les droits humains et le bien-être animal, donc on essaie le plus possible de présenter nos valeurs dans tout ce que l'on fait, de l'échantillon à la production," souligne-t-il.

Graphiste chez TypeAraby, Shima Aeinehdar décrit ainsi le credo de sa structure : "On utilise essentiellement la sérigraphie et l'impression au tampon et on aime appliquer les motifs que l'on crée sur des tee-shirts et des sacs fourre-tout. Je m'inspire beaucoup des formes uniques que l'on peut trouver dans la nature, j'aime fusionner la typographie arabe et l'illustration d'une manière expérimentale plutôt que traditionnelle," complète-t-elle.

Les créateurs sur place s'accordent à dire que ce lieu peut être le cadre idéal pour développer ses activités quels que soient son parcours, sa culture et ses moyens d'expression.