Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Céréales : 12 navires ont quitté les ports ukrainiens

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Les navires transportent 370 000 tonnes de céréales.
Les navires transportent 370 000 tonnes de céréales.   -   Tous droits réservés  Michael Shtekel/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Les départs de navires depuis les ports ukrainiens se poursuivent, et l'ONU s'attend prochainement à "forte augmentation" du trafic maritime depuis l'Ukraine. 

Frederick Kenney, en charge de la supervision de l'accord, a affirmé ce mercredi que les exportations de blé commenceront la semaine prochaine. Pour l'heure, ce sont les navires chargés essentiellement de maïs qui ont pu partir.

"Nous avons jusqu'à présent autorisé douze navires à quitter les ports ukrainiens, transportant plus de 370 000 tonnes de céréales et d'autres denrées alimentaires, a déclaré Frederick Kenney. Ces navires étaient bloqués depuis le début de la guerre dans les trois ports couverts par l'accord. Notre priorité est de libérer l'espace dans ces zones afin que les navires vides puissent entrer et prendre de nouvelles cargaisons Nous avons également autorisé jusqu'à présent le mouvement de quatre navires dans les ports ukrainiens pour des chargements."

Les autorités ukrainienne que espèrent trois à cinq navires pourront partir quotidiennement d'ici à deux semaines. Signé le 22 juillet dernier, les accords, conclus séparément par la Russie et l'Ukraine, ont permis la reprise des exportations en mer noire, essentielle pour éviter une crise alimentaire mondiale.

Mais pour le moment, l’accord ne profite pas aux États les plus fragiles et les plus dépendants des importations de céréales. Ainsi, sur les 12 navires partis d'Ukraine, aucun n'est à destination de l'Afrique, la région qui a pourtant le plus besoin de ces cargaisons.

Concernant le Razoni, ce navire censé être livré à l'origine à Tripoli, au Liban, il semble qu'il ait accosté soir au port turc de Mersin.

Le premier acheteur Libanais avait annulé sa commande ces derniers jours en raison de la livraison de cinq mois, mais un nouvel acheteur a été trouvé en Turquie pour le maïs, a rapporté le site d'information Middle East Eye.