This content is not available in your region

Guerre en Ukraine : Kyiv dit se préparer à "tous les scénarios" pour la centrale de Zaporijjia

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Exercices de premiers secours à Zaporijjia, le 17 août 2022
Exercices de premiers secours à Zaporijjia, le 17 août 2022   -   Tous droits réservés  AFP

L’Ukraine doit se préparer à "tous les scénarios" pour la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par les troupes russes et visée par des bombardements répétés, a averti mercredi le ministre de l’intérieur ukrainien, Denys Monastyrsky. Moscou et Kyiv se sont accusés mutuellement de ces bombardements, qui ont ciblé la plus grande centrale nucléaire d’Europe, sous contrôle de l’armée russe depuis mars, faisant resurgir le spectre d’une catastrophe majeure en Europe.

"Personne ne pouvait prévoir que les troupes russes allaient tirer sur des réacteurs nucléaires à l’aide de chars. C’était du jamais vu", a accusé Denys Monastyrsky lors d’un déplacement à Zaporijia, ville du sud de l’Ukraine située à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau de la centrale.

Après avoir assisté à des exercices de premiers secours en cas d’accident nucléaire, il a déclaré : "Nous devons nous préparer à tous les scénarios possibles", accusant la Russie d’être un "Etat terroriste (…). Tant que la Russie contrôle la centrale nucléaire de Zaporijia, il y a de gros risques".

L'ONU réclame une "inspection d'urgence"

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi qu’il était "urgent" de permettre à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) d’inspecter la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, sous contrôle russe, autour de laquelle frappes et affrontements se multiplient.

La centrale, la plus grande d’Europe, a été prise au début de mars par les troupes russes. "Cela constitue une grave menace pour la sécurité, qui augmente les risques d’accident ou d’incident nucléaire (…). Il est urgent d’autoriser une inspection de l’AIEA et d’obtenir le retrait de toutes les forces russes" du site, a estimé M. Stoltenberg, lors d’une conférence de presse.

Tweet du porte-parole du porte-parole adjoint de l'OTAN

L'Ukraine continue sa contre-offensive dans le Sud

L’armée ukrainienne continue elle sa contre-offensive sur Kherson. Ce mercredi, Kyiv informait avoir détruit une base militaire ennemie à Nova Kakhovka, tuant douze soldats… Des tirs ont également été entendus près d’un centre de commandement russe, dans la ville occupée de Melitopol. 

Une explosion a retenti dans une base militaire russe de Crimée mardi 16 août, a annoncé le ministère russe de la Défense. L'explosion de mardi est due à un "acte de sabotage", a affirmé l'armée russe dans un communiqué cité par les agences de presse nationales. Moscou s'abstient cependant de désigner des responsables. Une semaine plus tôt, des dépôts de munitions destinées à l'aviation militaire avaient déjà explosé, dans l'ouest de la péninsule ukrainienne annexée par la Russie depuis 2014.

Si Kyiv n’a pas reconnu officiellement sa responsabilité dans ces deux attaques, le conseiller de la présidence Mykhaïlo Podoliak ayant évoqué une "démilitarisation en action" de la Crimée, une référence à la terminologie utilisée par la Russie pour justifier son invasion de l’Ukraine. D’autres responsables comme le ministre de la défense, Oleksiï Reznikov, ont préféré ironiser, suggérant que ces déflagrations avaient été le résultat de cigarettes mal éteintes, une plaisanterie devenue virale en Ukraine.

L'Ukraine a  également menacé, mercredi 17 août, de démanteler le pont de Kertch (entre la mer d'Azov et la mer Noire), construit à grands frais par Moscou pour connecter la Russie à la péninsule annexée de Crimée.

Tweet du Conseiller du Président Volodymyr Zelensky

Le renseignement militaire ukrainien a annoncé mercredi soir avoir constaté le transfert de vingt-quatre avions et de quatorze hélicoptères de la péninsule vers d’autres aérodromes russes. 

Depuis l’invasion de l’Ukraine, la Crimée sert de base arrière logistique aux forces russes. L’offensive menée dans le sud de l’Ukraine, qui a permis à Moscou de conquérir de larges pans de territoires pendant les premières semaines de la guerre, est partie de la péninsule.