Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Ukraine : la Crimée dans le viseur de Kyiv ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Explosion d'une base militaire russe en Crimée le 15 août 2022
Explosion d'une base militaire russe en Crimée le 15 août 2022   -   Tous droits réservés  AP/RU-RTR Russian Television

Un acte de sabotage pour Moscou, l'Ukraine confirme l'explosion sans la revendiquer. 24h après l'attaque d'un dépôt militaire russe du nord-est de la Crimée, qui a fait deux blessés, les zones d'ombres persistent. 

Il s'agit là de la 2ème explosion en Crimée en une semaine, la région annexée par la Russie en 2014 était jusqu'ici épargnée par les combats.

La Crimée joue un rôle-clé dans la stratégie russe. C'est de là qu'a été lancée l'offensive sur le sud de l'Ukraine qui a permis à Moscou de capturer de larges pans de territoire dans les premières semaines de la guerre. Des avions russes décollent aussi quasi quotidiennement de Crimée pour frapper des cibles dans des régions sous le contrôle de Kyiv.

Malgré le conflit, la péninsule est restée un important lieu de villégiature pour de nombreux Russes qui continuent de profiter de l'été sur ses plages. Médusés, les habitants du village à proximité de la base ont dû évacuer : 

"Ils tirent, il y a des explosions, des obus tombent dans les jardins. On a un obus dans notre cour. Ils sont venus l'inspecter, ils ont dit qu'ils allaient le déminer ou quelque chose comme ça. On a tout laissé, tout laissé tel quel et on est partis."

"On est sortis pour jeter un coup d'œil et on a vu des nuages d​​e fumée provenant des entrepôts militaires. On est restés là jusqu'à environ 7-8 heures du matin, tout explosait - il y avait des éclairs, des débris nous sont tombés dessus. Puis les secouristes nous ont dit qu'ils évacuaient tout le monde."

Plus de 3000 personnes ont du évacuer la zone après les récentes attaques. Des départs dont se réjouit le président ukrainien : "La file d'attente pour quitter la Crimée vers la Russie ces derniers jours prouve que la majorité absolue des citoyens de l'État terroriste commencent à comprendre ou du moins à sentir que la Crimée n'est pas un endroit pour eux."

Volodymyr Zelensky qui rencontrera ce jeudi en Ukraine le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et le président turc Recep Tayyip Erdogan. Au menu des discussions la mise en œuvre de l'accord permettant les exportations de céréales depuis les ports ukrainiens.

Devront aussi être abordées les attaques contre la centrale nucléaire de Zaporijjia . La Russie et l'Ukraine s'accusent mutuellement. L'ONU qui craint un grave désastre souhaite envoyer des inspecteurs sur place. La plus grande centrale d'Europe est contrôlée par les Russes depuis le mois de mars.