Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Au moins 85 Palestiniens tués en Cisjordanie dans des raids israéliens depuis le début de l'année

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Funérailles d'un Palestinien victime d'affrontements avec Israël
Funérailles d'un Palestinien victime d'affrontements avec Israël   -   Tous droits réservés  AP Photo/Majdi Mohammed   -  

Au moins 85 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie cette année dans des raids israéliens, d'après le ministère palestinien de la Santé, ce qui en fait déjà le bilan annuel le plus lourd depuis 2016.

Bien qu'Israël affirme ne viser que des militants menaçant sa sécurité, des civils figurent parmi les victimes, notamment la journaliste Shireen Abu Akleh. Selon des enquêtes indépendantes, un tir israélien aurait causé sa mort.

Des répliques "très précises"

Israël a intensifié ses opérations au printemps dernier, après une série d'attaques meurtrières perpétrées par des Palestiniens ayant fait 17 morts, certaines étant le fait de militants de Cisjordanie.

 "Des tirs sont ouverts sur nos forces et nous devons répondre" explique Amir Avivi, chef du Forum de défense et de sécurité d'Israël.

"Les forces israéliennes n'agissent que pour appréhender les terroristes dont nous savons qu'ils sont impliqués dans des activités terroristes ou qu'ils prévoient d'attaquer des Israéliens" poursuit-il. "Et là, c'est toujours très, très précis".

À chaque victime civile, Israël met en cause les tirs palestiniens, et annonce mener des enquêtes qui sont discrètement clôturées, une pratique que dénoncent les organisations de défense des droits de l'homme.

Le cas de Salah Sawafta pose également question. Ce père de famille de 58 ans a été tué mi-août devant une boulangerie en Cisjordanie, par une balle perdue tirée par des Palestiniens selon Tel Aviv.

Une version contredite par le boulangerie, qui affirme que des soldats israéliens s'étaient déployés dans la rue, mais qu'aucun militant palestinien n'était présent dans le secteur.

La famille de la victime soupçonne un tir de sniper israélien.

Quelques timides sanctions

La mort en janvier d'Omar Assad, un homme de 78 ans ligoté et laissé dans le froid par des soldats israéliens a donné lieu à de timides sanctions, des officiers supérieurs ayant été privés de leurs fonctions de direction.

Par ailleurs, quatre soldats ont été renvoyés la semaine dernière après s'être filmés en train de frapper deux palestiniens détenus.