Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Présidentielle au Brésil : quel avenir pour l'accord UE / Mercosur ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Exploitation de bois d'Amazonie
Exploitation de bois d'Amazonie   -   Tous droits réservés  Edmar Barros/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved   -  

L'élection présidentielle au Brésil pourrait avoir des conséquences sur la mise en œuvre du traité de libre-échange entre l'UE et le Mercosur. En 2019, les deux blocs ont signé un accord commercial considéré à l'époque comme le plus important du monde, mais sa ratification a été bloquée en raison, notamment, des exigences de la France en matière de protection de la forêt amazonienne.

Sous la pression de Paris, Bruxelles a demandé des garanties sur la limitation de l'expansion des producteurs de céréales et de bétail, qui détruit la forêt sud-américaine, considérée comme le poumon du monde.

Le Mercosur est le cinquième bloc économique mondial, avec une production annuelle de 2 200 milliards d'euros. Sa population est de 260 millions d'habitants et l'UE y exporte chaque année 45 milliards d'euros de biens et 23 milliards d'euros de services.

Par ailleurs, plus de 855 000 emplois européens sont liés aux exportations vers le Brésil, et plus de 60 000 entreprises du Vieux continent exportent vers le Mercosur.

L'eurodéputé espagnol Jordi Cañas du groupe Renew Europe (centre droit) considère "légitime" la position d'Emmanuel Macron sur les questions environnementales. Mais il souhaite qu'une fois que "les engagements environnementaux et les autres dispositions seront acceptés", Paris ne trouve plus d'excuses à enclencher la ratification.

"Sur le plan environnemental" dit-il, "la__France n'a pas posé d'objection, donc le processus de ratification ne devra pas être empêché" suggère-t-il.

La déforestation au Brésil a largement augmenté depuis l'élection de Jair Bolsonaro, tout comme les coupes budgétaires dans les agences fédérales liées à l'environnement.

D'après Anthony Pereira, directeur du Centre Kimberly Green pour l'Amérique latine et les Caraïbes à l'Université internationale de Floride, la déforestation eu Brésil est une question de "volonté politique".

"Il y a eu une réduction très significative sur le ratio de déforestation entre 2004 et 2012, cela a diminué d'environ 80%" explique-t-il, soulignant l'importance d'instaurer des structures de surveillance et de dissuasion pour limiter la déforestation.

L'accord avec le Mercosur fixe des objectifs environnementaux pour tous les signataires, donc également les pays européens, dont beaucoup n'ont pas encore réduit de manière significative leurs émissions de gaz à effet de serre, comme ils s'y étaient engagés.