Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Mort de Mahsa Amini : le régime iranien dédouane la police

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Images de caméra de surveillance, Iran
Images de caméra de surveillance, Iran   -   Tous droits réservés  Screenshot   -  

Cette vidéo diffusée par la télévision d’Etat iranienne est censé prouver que la police n’aurait rien à voir dans la mort de Mahsa Amini.

Une femme, prétendument la jeune iranienne décédée le 16 septembre, s’effondre, toute seule, avant d’être emmenée à l’hôpital. En plus de cette vidéo datée du 13 septembre, un rapport médical révèle que Mahsa Amini serait morte d’un manque d’oxygène dans le cerveau. Le rapport précise que le décès de la jeune femme n’a pas été causée par des coups portés à la tête.

La mort d’une autre jeune femme est venu attiser encore le vent de révolte en Iran.
Nika Shakarami, 16 ans, est retrouvée morte 10 jours après une manifestation contre le port obligatoire du hijab. Sa famille en est convaincue, elle a été battue à mort par la police.

Son visage, ses pommettes et ses dents ont été fracturés. L'arrière de sa tête a été durement touché et son crâne a été déformé. C'est ainsi qu'elle a été tuée. Les dommages étaient à la tête.
Nasreen Shakarami
mère de Nika Shakarami

A Téhéran, la capitale iranienne, l’eau des fontaines a été colorée en rouge par un artiste anonyme. Selon une ONG, au moins 92 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations.