La bataille d'Austerlitz, reconstituée, alors que la guerre est de retour en Europe

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Reconstitution de la bataille d'Austerlitz
Reconstitution de la bataille d'Austerlitz   -   Tous droits réservés  Euronews

Voilà deux ans que la célèbre bataille d'Austerlitz n'avait pas pu être reconstituée à cause de la pandémie de Covid-19. Mais les uniformes militaires français, russes et autrichiens, ont finalement été de nouveau portés par un millier de passionnés ce week-end, venus de quatorze pays, pour honorer la mémoire de ceux qui sont tombés.

Faute de visas, les ressortissants russes n'ont pas pu se joindre à la célébration, mais "l'armée russe était représentée comme toujours" explique Miroslav Jandora, organisateur de l'événement.

"Seuls des passionnés tchèques, autrichiens et polonais portaient les uniformes historiques russes, donc il n'y a pas eu vraiment de changement" précise-t-il.

Cette reconstitution d'Austerlitz n'est pas une célébration de la guerre, mais au contraire, un rappel des souffrances et des sacrifices passés. Un hommage qui permet aussi de condamner la guerre en Ukraine.

Pour Mark Schneider, comédien interprétant Napoléon pour cette reconstitution, le passé doit nous faire comprendre "à quel point la guerre est horrible". Il dit espérer "qu'à l'avenir, nous n'aurons plus à voir la guerre".

"C'était horrible en 1805 quand Napoléon s'est battu ici contre les Russes et les Autrichiens, c'est horrible maintenant en Ukraine avec les Russes et les Ukrainiens" dit-il.

Cette bataille, dite des trois Empereurs, a marqué, il y a 217 ans, un changement radical dans la formation de l'Europe. Environ 60 000 soldats français sont arrivés en un seul jour et ont face aux 90 000 hommes de la coalition russe et autrichienne.

Après neuf heures de combat, Napoléon a remporté la victoire, mettant fin au règne du Saint-Empire romain germanique.

Selon les estimations, environ 18 000 soldats sont morts pendant la bataille d'Austerlitz, et plus de 4 000 ont été blessés.