"Chouf", plongée dans les quartiers nord de Marseille

"Chouf", plongée dans les quartiers nord de Marseille
Par Philippe Mathieu

<p>Peut-on sortir de sa condition, quitter sa banlieue difficile, son “quartier nord” comme on dit à Marseille ? Le réalisateur Karim Dridi pose la question dans son film “Chouf”.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">“La violence est partout, sauf dans la mise en scène, élégante, sans<br /> esbroufe mais efficace.” <a href="https://twitter.com/hashtag/lesfichesduci%C3%A9nma?src=hash">#lesfichesduciénma</a> <a href="https://twitter.com/karimdridi1"><code>karimdridi1</a> <a href="https://t.co/EwX2YKv31H">pic.twitter.com/EwX2YKv31H</a></p>&mdash; chouf_lefilm (</code>chouf_lefilm) <a href="https://twitter.com/chouf_lefilm/status/782868746448896000">3 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>“Chouf” en arabe cela veut dire regarde, c’est aussi ce que font les petits guetteurs dans les quartiers de deal. A dix ans à peine, ils gagnent autant d’argent que leur père. </p> <p>Sofiane, interprété par Sofian Khammes, a eu de la chance. Il fait des études à Lyon et rentre à Marseille pour les vacances voir sa famille et son frère qui lui est un dealer. Dans un milieu où aucune parole ne tient, ce frère se fait assassiner. Sofiane ne reprendra pas le chemin de la fac. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">« <span class="caps">CHOUF</span> » : Une plongée tragique au coeur des guerres de gangs, par Nicolas <span class="caps">COLLE</span> via <a href="https://twitter.com/MediapartLeClub"><code>MediapartLeClub</a> <a href="https://t.co/ob9phvIYnB">https://t.co/ob9phvIYnB</a></p>&mdash; chouf_lefilm (</code>chouf_lefilm) <a href="https://twitter.com/chouf_lefilm/status/786552184393633792">13 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Après une première scène virtuose, Karim Dridi, qui a décidé de vivre à Marseille, rentre au cœur de la cité, ces fameuse zones de non droit. Et c’est suffisamment crédible pour que dans son fauteuil, on ne se sente pas toujours à l’aise et en sécurité. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Karim Dridi : « Chouf est un geste politique total » <a href="https://t.co/RdyKpimMI8">https://t.co/RdyKpimMI8</a> <a href="https://twitter.com/chouf_lefilm"><code>chouf_lefilm</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Marseille?src=hash">#Marseille</a> <a href="https://twitter.com/karimdridi1"></code>karimdridi1</a> <a href="https://twitter.com/Pyramide_Films"><code>Pyramide_Films</a></p>&mdash; BSC NEWS (</code>BSCNEWSMAGAZINE) <a href="https://twitter.com/BSCNEWSMAGAZINE/status/788002303362170881">17 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Tout cela en évitant les fameux “clichés” marseillais et autres manichéismes habituels. Dridi aime ses personnages, même les moins recommandables, personnages joués d’ailleurs par des acteurs non professionnels pour la plupart. Du coup on y croit, du début à la fin. Une fin pleine d’amertume mais ça on s’en doutait un peu.</p>