Culture : retour sur la 17e édition du festival de jazz de Bakou

Culture : retour sur la 17e édition du festival de jazz de Bakou
Tous droits réservés  euronews
Cet article n'est pas disponible depuis votre région
Par Paul Hackett  & Euronews

Le festival de jazz de Bakou a fait son retour dans la capitale azerbaïdjanaise, à l’occasion de sa 17e édition. L'événement vise chaque année à réunir un mélange éclectique de musiciens et de groupes venus du monde entier.

Parmi ceux qui étaient présents cette année, le célèbre batteur, interprète et compositeur Yogev Shetrit. L'une des caractéristiques de l'œuvre de l’artiste israélien est la fusion des sonorités traditionnelles nord-africaines et méditerranéennes avec le jazz contemporain.

A l’occasion de ce festival, Yogev Shetrit avait même prévu une petite surprise pour le public de Bakou. En plus d'avoir joué et interprété ses "propres compositions issues des albums New Path et Serenity", il a aussi proposé "une composition d'Aziza Mustafazade, en hommage à la culture azerbaïdjanaise."

Michael's Schiefel Istanbul Quartet

Le Michael Schiefel’s Istanbul Quartet était également à l’affiche cette année. D'abord inspiré par la scène jazz post-mur de Berlin au début des années 1990, Michael Schiefel a depuis travaillé sur un large éventail de projets en solo et en groupe.

"J'ai rencontré les musiciens de l’Istanbul Quartet il y a quelques années lorsque j'étais en résidence à Istanbul, explique-t-il. Nous sommes originaires de trois pays différents. Deux viennent de Turquie, un autre de Grèce et moi d'Allemagne, c'est donc un projet multiculturel. J'ai composé moi-même toute la musique de l’Istanbul Quartet et j’en suis très heureux car c’est une musique inspirée par mon passage à Istanbul."

Federico Casagrande et Fulvio Sigurtà

Chaque année, le festival de Bakou voit un large éventail de musiciens jouer dans différents lieux de la ville. Cette année, le duo italien composé de Federico Casagrande et Fulvio Sigurtà était de la partie.

"Fulvio et moi nous sommes rencontrés il y a quinze ans et avons commencé à jouer ensemble, raconte Federico Casagrande. La guitare est un instrument harmonique et la trompette est un instrument mélodique, il était donc logique de faire des choses ensemble. Nous avons tous les deux composé de la musique pour ce duo au fil des années, une musique très différente, et nous avons continué à évoluer et à jouer ensemble."

Le jazz a fait son apparition en Azerbaïdjan au début du XXe siècle. Profondément ancré dans la culture du pays, il y est toujours très populaire.