This content is not available in your region

Fusion nucléaire : avancée majeure vers la production d'une énergie décarbonnée ?

L'intérieur du réacteur JET à Oxford. Les parois sont faites de béryllium et de titane.
L'intérieur du réacteur JET à Oxford. Les parois sont faites de béryllium et de titane.   -   Tous droits réservés  JET/UKAEA
Par Marthe de Ferrer  & Alixan Lavorel

Les scientifiques ont fait une percée majeure vers la fusion nucléaire, nous rapprochant plus que jamais d'une énergie à très faible teneur en carbone.

L'équipe du Joint European Torus (JET) d'Oxford a réussi à produire 59 mégajoules d'énergie par fusion nucléaire. Ce chiffre représente plus du double du précédent record établi en 1997, selon l'autorité britannique de l'énergie atomique (UKAEA).

Ces résultats sont une bonne nouvelle pour les partisans de l'énergie nucléaire en tant qu'alternative propre aux combustibles fossiles.

"Alors que les pressions s'intensifient pour lutter contre les effets du changement climatique en décarbonisant la production d'énergie, ce succès constitue une avancée majeure sur la feuille de route de la fusion en tant que moyen sûr, efficace et à faible émission de carbone pour faire face à la crise énergétique mondiale", a déclaré l'UKAEA dans un communiqué.

"Les résultats records annoncés aujourd'hui sont la démonstration la plus claire au monde du potentiel de l'énergie de fusion pour fournir une énergie sûre et durable à faible émission de carbone."

Le PDG de l'UKAEA, Ian Chapman, affirme que ces résultats feront "date" et nous rapprocheront "d'un pas énorme" d'une énergie pratiquement sans émissions.

"Il est clair que nous devons opérer des changements importants pour faire face aux effets du changement climatique, et la fusion offre un tel potentiel", déclare Ian Chapman.

"Nous développons les connaissances et les nouvelles technologies nécessaires pour fournir une source durable d'énergie de base à faible teneur en carbone, qui contribue à protéger la planète pour les générations futures".

"Notre monde a besoin de l'énergie de fusion", ajoute-t-il.

Quelle est la différence entre la fission nucléaire et la fusion nucléaire ?

Dans les termes les plus simples, la fission et la fusion produisent toutes deux de l'énergie à partir d'atomes.

La fission nucléaire est la méthode actuellement utilisée dans les centrales électriques où les atomes d'uranium d'un noyau lourd et instable sont divisés en deux ou plusieurs noyaux plus légers.

La fusion nucléaire est l'inverse et consiste à fusionner deux atomes légers en un plus gros. Ce processus vise à reproduire ce qui se passe au cœur du soleil.

Les partisans de la fusion nucléaire la considèrent comme l'énergie de demain. Le processus produit très peu de déchets et beaucoup moins radioactifs que ceux d'une centrale nucléaire classique. La fusion ne génère pas non plus de gaz à effet de serre.

La fusion nucléaire pourrait hypothétiquement produire quatre millions de fois plus d'énergie que le charbon, le pétrole ou le gaz - sans dégager de gaz nocifs.

Dans combien de temps la fusion nucléaire pourra-t-elle être utilisée pour produire de l'énergie ?

La recherche en est encore à ses débuts et l'annonce d'aujourd'hui ne montre que la possibilité de créer de l'énergie de fusion pendant cinq secondes, ce qui n'est pas suffisant pour que le processus soit viable.

"Si nous pouvons maintenir la fusion pendant cinq secondes, nous pouvons le faire pendant cinq minutes, puis pendant cinq heures" avec des machines plus efficaces à l'avenir, estime Tony Donne, du consortium EUROfusion.

Les données recueillies à Oxford pourraient également être utiles pour le réacteur ITER en cours de construction dans le sud de la France, qui est encore plus avancé que le JET.

"Les recherches et les innovations menées ici au Royaume-Uni, en collaboration avec nos partenaires européens, font de l'énergie de fusion une réalité", a déclaré George Freeman, sous-secrétaire parlementaire chargé des sciences.

L'énergie nucléaire est-elle vraiment verte ?

De nombreux groupes environnementaux sont depuis longtemps opposés au nucléaire.

Les Amis de la Terre s'opposent aux filières nucléaires depuis la création de l'organisation en 1971.

"Nous ne soutenons pas la construction de nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni", indique un document de Friends of the Earth UK.

"Le Royaume-Uni a la chance de disposer d'énormes ressources d'énergie renouvelable comme l'éolien offshore, les marées et le solaire. Selon des experts indépendants, elles peuvent fournir toute l'énergie dont nous avons besoin".

"L'énergie renouvelable n'a pas non plus les problèmes des technologies d'énergie nucléaire existantes."

Greenpeace avance des arguments similaires à propos de l'énergie nucléaire, affirmant que bien qu'elle soit "présentée comme une solution à nos problèmes énergétiques, elle est en réalité complexe et extrêmement coûteuse à construire."

Les deux groupes affirment que l'argent investi dans l'énergie nucléaire serait plus efficacement dépensé dans des sources renouvelables.

Article traduit de l'anglais