Ouvrir la porte aux réfugiés, est-ce suffisant ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Ouvrir la porte aux réfugiés, est-ce suffisant ?

<p>2015, année record : jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, autant de personnes n’avaient fui leur pays. La grande majorité a trouvé refuge dans les pays en développement mais pas en Europe. Les réfugiés ne représentent que 0, 3% de la population totale de l’ <a href="http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/04/comprendre-la-crise-des-migrants-en-europe-en-cartes-graphiques-et-videos_4745981_4355770.html">Union européenne</a>.</p> <p>Pourtant, l’Europe a accueilli plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et près de 200 000 cette année. La plupart sont originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan.</p> <p>Un pays se distingue des autres : l’ <a href="http://www.courrierinternational.com/article/migrants-15-million-de-refugies-en-2015-lallemagne-depasse-les-limites">Allemagne</a> qui a accueilli à ce jour un demi-million de demandeurs d’asile et accordé une protection à environ 150 000 d’entre eux. </p> <p>Mais ouvrir la porte aux réfugiés, est-ce suffisant ? Apprendre une nouvelle langue, trouver un emploi, s’intégrer, qu’en est-il ? Car c’est bien d’intégration dont il est question. Il est peu probable que ces réfugiés syriens, irakiens, somaliens ou afghans rentrent rapidement dans leur pays. Ils sont en Europe pour y rester, loin des atrocités qu’ils ont fuies.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Bruxelles annonce que les <a href="https://twitter.com/hashtag/r%C3%A9fugi%C3%A9s?src=hash">#réfugiés</a> vont accroître la croissance de 0,2 à 0,3% en <a href="https://twitter.com/hashtag/Europe?src=hash">#Europe</a> >> <a href="https://t.co/6C99JoW8I2">https://t.co/6C99JoW8I2</a> <a href="https://t.co/2gwg7HJbs0">pic.twitter.com/2gwg7HJbs0</a></p>— Le Figaro (@Le_Figaro) <a href="https://twitter.com/Le_Figaro/status/727731193156882432">4 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>L‘équipe d’Insiders est allée en Allemagne et aux Pays-Bas, deux pays qui ont mis en place des stratégies d’intégration globales. En Italie, nous verrons que la prise en charge des traumatismes liés à l’exil est essentielle pour une meilleure intégration. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Les <a href="https://twitter.com/hashtag/PaysBas?src=hash">#PaysBas</a> allouent 500 millions d’euros pour l’intégration des <a href="https://twitter.com/hashtag/r%C3%A9fugi%C3%A9s?src=hash">#réfugiés</a> – <a href="https://t.co/SgVapyyvMq">https://t.co/SgVapyyvMq</a></p>— Léo (@LeoAuteur) <a href="https://twitter.com/LeoAuteur/status/727543881693298688">3 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Puis entretien avec Eugenio Ambrosi, le directeur du bureau européen de l’ <a href="http://eea.iom.int/">Organisation internationale pour les migrations</a>. </p> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> Pour lui, “L’accueil, l’apprentissage de la langue, l’orientation culturelle et l’aide à l’insertion sur le marché du travail, sont les mesures les plus importantes qui doivent être prises par tous les Etats membres afin de faciliter l’intégration des réfugiés.”</div>