Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Préserver et adapter les forêts européennes face au changement climatique

Access to the comments Discussion
Par Isabel Marques da Silva
Forêt de Halle en Belgique
Forêt de Halle en Belgique   -   Tous droits réservés  Virginia Mayo/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved   -  

Les forêts sont présentées comme l’or vert de l’UE. Elles représentent 43% du territoire européen mais ces zones font face à de nombreux dangers. En Belgique, les forêts couvrent 23% du pays et sont désormais plus durement touchées par la sécheresse et les parasites.

3 000 arbres, des hêtres, des chênes et des érables ont été plantés le mois dernier dans le massif de la Montagne Saint-Pierre. Mais replanter n’est pas toujours facile. "Il y a du travail en forêt en fait pour restaurer des milieux, pour améliorer les biotopes, pour accueillir plus de biodiversité et pour les rendre également plus efficaces en terme de séquestration carbone", explique Pierre Hermans, consultant ReforestAction.

Le 3 mars est la journée mondiale de la vie sauvage. Cette année le thème est "Forêts et moyens d’existence : préserver la planète et ses habitants". L’ONU appelle à une gestion plus durable de ces espaces.

Les forêts ont aussi une valeur économique, en particulier pour les industries comme les produits pharmaceutiques, le papier ou encore le tourisme. En Europe elles engendrent aussi plus de 3 millions d’emplois.

La Commission européenne souhaite que les 27 parviennent d’ici 2030 à planter au moins 3 milliards d’arbres. Une consultation est en cours jusqu’au mois d’avril afin de rassembler de nouvelles idées pour dessiner la stratégie de l’Union pour les décennies à venir.

La Confédération européenne des propriétaires forestiers demande un soutien pour réaliser ce projet et cette transition face au changement climatique. "Les propriétaires doivent donc être formés pour prendre les meilleures décisions pour conserver leurs forêts et ces décisions doivent être valables sur plusieurs dizaines d’années" souligne Fanny-Pomme Langue, secrétaire Générale de la Confédération européenne des propriétaires forestiers.

Le Parlement européen a de son côté approuvé en octobre deux résolutions en faveur d’une gestion durable des massifs. Il s’agit de fixer des objectifs juridiquement contraignants pour la protection et la restauration de ces espaces et en particulier les forêts primaires et anciennes. "Nous devrions pousser la Commission à mettre en place une politique de zéro tolérance et porter des procédures d’infraction devant la Cour de justice de l’UE quand les Etats membres n’appliquent pas les règles existantes", ajoute l’eurodéputée Delara Burkhardt (S&D)

Au cours des cinq dernières années près de 8 milliards d’euros ont été alloués à la gestion des forêts soit pour reboiser soit pour les aider à s'adapter à ces nouveaux risques.

Journaliste • Grégoire Lory