L'Union européenne veut se lancer dans la course stratégique aux semi-conducteurs

Access to the comments Discussion
Par Bryan Carter  & Euronews
L'Union européenne veut se lancer dans la course stratégique aux semi-conducteurs
Tous droits réservés  JENS SCHLUETER/AFP or licensors   -  

L'accès aux semi-conducteurs est désormais une bataille commerciale et stratégique. Dans ce contexte, la Commission européenne doit dévoiler mardi ses propositions pour renforcer la recherche et la production de ces éléments essentiels.

Lors d'un déplacement au Centre interuniversitaire de microélectronique (IMEC) à Louvain en Belgique, le Commissaire européen en charge du Marché intérieur, Thierry Breton, a souligné la nécessité pour les 27 d'être plus autonomes dans ce secteur et renforcer ainsi leur souveraineté. L'institution veut proposer une stratégie de 45 milliards d'euros pour multiplier par quatre d'ici 2030 la production européenne.

Le plan se divise en trois paquets. "L'un pour soutenir la recherche et le développement avec des subventions entre 11 et 12 milliards d'euros. Le deuxième est destiné à soutenir les usines et très grandes usines de production à hauteur de 30 milliards d'euros d'argent public. Le troisième aidera les start-ups avec un fonds de 2 à 5 ou 6 milliards d'euros", explique le responsable français.

L'essentiel des moyens débloqués est destiné aux usines de fabrication de semi-conducteurs qui manquent en Europe. L'UE semble même prête à assouplir ses règles en matière d'aides d'Etat pour soutenir ce projet. A l'heure actuelle l'Asie fournit les trois quarts de la production mondiale de microprocesseurs. A elle seule l'île de Taïwan produit 92% des puces les plus perfectionnées.

Les semi-conducteurs se retrouvent dans de nombreux objets du quotidien comme les téléphones portables, les voitures mais aussi dans des appareils de haute technologie tels que les avions de chasse ou tout ce qui touche à internet. Mais la pandémie et les perturbations mondiales sur les chaines de production ont accru le besoin d'autonomie des Européens dans ce secteur.

De plus, le marché est appelé à progresser de façon exponentielle. Les gouvernements à travers le monde dont la Chine et les Etats-Unis injectent ainsi des milliards d'euros dans ce domaine. Pour rester dans la compétition l'Union européenne se doit de suivre ce chemin."Il est donc très important que l'Europe renforce ses positions afin de renverser les dépendances en Europe", explique Luc Van den hove, président de l'IMEC.

Derrière ces investissements publics massifs, l'enjeu est de savoir si les entreprises de semi-conducteurs veulent établir des lignes de production dans l'Union européenne.