This content is not available in your region

Un sommet européen consacré à l’Ukraine et aux conséquences du conflit sur l’énergie

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Un sommet européen consacré à l’Ukraine et aux conséquences du conflit sur l’énergie
Tous droits réservés  Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Des manifestants ukrainiens allongés sur le sol à Bruxelles en mémoire des victimes de l'invasion russe. A une centaine de mètres de là, les dirigeants de l'Union européenne se réunissent pour un sommet consacré à la guerre en Ukraine. Les chefs d’Etat et de gouvernement vont aussi évaluer la nécessité ou non de renforcer les sanctions contre Moscou.

Plusieurs pays membres, comme l'Allemagne et la Belgique, ne veulent pas aller jusqu'à la suspension des contrats de gaz avec la Russie.

"Les sanctions doivent avoir plus d’impact du côté russe que du côté européen. On n’est pas en guerre contre nous-mêmes. On ne va pas prendre des sanctions qui nous affaiblissent nous-mêmes d’une manière non nécessaire. Ça aurait un impact dévastateur sur l’économie européenne", souligne le Premier ministre belge Alexander de Croo.

D'autres capitales pensent en revanche qu’il s'agit de la seule solution pour mettre un terme à la guerre et pour pousser Moscou à négocier. "Tant que nous achetons des hydrocarbures russes nous finançons la guerre", explique la Première ministre finlandaise Sanna Marin.

Même son de cloche pour son homologue polonais. "Plus tôt nous comprendrons qu'il s'agit du carburant de la machine de guerre russe mieux ce sera", insiste Mateusz Morawiecki.

Il existe cependant un consensus entre les 27. Pour l’UE il n’est pas question de payer le gaz russe en rouble comme le souhaite le Kremlin. "Je ne pense pas que beaucoup de monde en Europe savent à quoi ressemble des roubles. Personne ne veut payer en rouble", juge le Premier ministre slovène Janez Jansa.

Les dirigeants étudieront aussi les mesures possibles pour limiter la hausse des prix de l'énergie. Emmenés par l'Espagne, plusieurs pays souhaitent un plafonnement des coûts ou un découplage des prix entre le gaz et l'électricité. Certains Etats membres, comme les Pays-Bas, s'opposent cependant à l’idée d’une intervention sur le marché de l'énergie.