This content is not available in your region

Le CERN ouvre une nouvelle ère expérimentale avec son grand collisionneur

Access to the comments Discussion
Par Claudio Rosmino
Claudio Bortolin évoque pour euronews, le redémarrage du Grand collisionneur de hadrons (LHC)
Claudio Bortolin évoque pour euronews, le redémarrage du Grand collisionneur de hadrons (LHC)   -   Tous droits réservés  CERN

Les scientifiques ont lancé de nouvelles expériences près de Genève, à l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN).

Après trois ans de mises à niveau et de maintenance, les recherches reprennent dans l'accélérateur de particules, le Grand collisionneur de hadrons (LHC), mais cette fois à une intensité plus élevée.

Claudio Bortolin qui a travaillé au CERN pendant douze ans et qui enseigne aux élèves des écoles italiennes par le biais de sa plateforme de communication PassioneScienza répond aux questions d'Euronews sur cette nouvelle ère qui débute pour le CERN.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur.

Que va-t-il se passer exactement à partir de cette semaine à l'intérieur du LHC ?

Le Run3 du LHC commence. Ce qui signifie qu'à partir de cette semaine, la collecte de données lors des expériences reprend et le programme de physique du CERN peut redémarrer.

Nous allons procéder en suivant les différentes phases du LHC : de l'injection de trois paquets de protons (par faisceau) jusqu'à la déclaration de faisceaux stables en passant par d'autres opérations intermédiaires qui conduisent à leur optimisation pour obtenir des collisions stables les heures suivantes.

Quel est l'objectif de ces recherches ? Pourquoi sont-elles si importantes pour la science ?

L'Univers renferme d'innombrables questions sans réponse. Nous vivons une époque incroyablement riche en découvertes et en avancées dans le domaine de la recherche en matière de cosmologie (par exemple, sur les ondes gravitationnelles).

La physique des particules décrit l'infiniment petit et ce qui se passe à l'intérieur des blocs de construction fondamentaux qui constituent les atomes comme les particules élémentaires : électrons, photons, quarks, bosons et les forces avec lesquelles elles interagissent. L'histoire de l'Univers s'écrit dans l'infiniment petit et on voudrait la découvrir.

Que devrait apprendre cette nouvelle ère de collisions de particules aux scientifiques du CERN ?

Le 4 juillet, nous avons célébré les dix ans de l'annonce de la découverte du boson de Higgs. Ces dernières années, nous avons mesuré certaines de ses caractéristiques, mais il nous reste beaucoup à faire pour décrire ses propriétés en détail et nous devons le produire de nombreuses fois au cours des prochaines années pour rechercher les plus rares à intercepter.

D'autre part, le boson de Higgs a joué un rôle clé dans les premiers instants après le Big Bang, il a donc une longue histoire à nous raconter. Ensuite, il y a ce que l'on appelle la physique au delà du modèle standard et l'observation de particules nouvelles et inattendues dans le modèle est l'un des objectifs d'ATLAS et de CMS.

ALICE doit continuer à comprendre le comportement du plasma de quarks et de gluons, cet état extrême de la matière où les quarks et les gluons ne sont pas confinés à d'autres particules.

L'expérience LHCb poursuit un programme de recherche sur l'asymétrie matière-antimatière qui récemment, a également permis de démontrer l'existence de particules exotiques comme les tétra- et pentaquarks.

Quel est le lien entre la physique des particules et les grands mystères de notre Univers ?

Le CERN contribue à la compréhension des lois qui ont régi le fonctionnement de l'Univers aux premiers instants de la vie.

Pourquoi il n'y a plus d'antimatière, mais uniquement de la matière dans l'Univers est une question sans réponse. Pourtant, notre existence même est une conséquence directe de ce phénomène inconnu.

Le CERN, avec ses recherches en astronomie et astrophysique, apporte une contribution fondamentale à la connaissance de l'Univers passé et peut-être, de son évolution future.