Crise du logement à Bruxelles

Access to the comments Discussion
Par Méabh Mc Mahon  & Euronews
Anne-Sophie Dupont du Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat
Anne-Sophie Dupont du Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat   -   Tous droits réservés  Meabh McMahon, Euronews

C'est une nouvelle bande dessinée belge. Elle décrit la vie de personnes obligées de vivre dans la rue à cause de l'augmentation des loyers. Mais ses personnages ne sont pas vraiment fictifs.

Simona lutte depuis des années pour trouver un logement. Un de ses propriétaires a préféré vendre son appartement plutôt que d'être tenu légalement de le louer à Simona. Elle ne cache pas sa détresse face à ces déconvenues.

Cette situation n'est pas la conséquence d'une crise immobilière dans la capitale belge. La ville de Bruxelles construit annuellement environ 3 500 immeubles. Or selon les projections, 1 500 nouveaux bâtiments tous les ans seront suffisants pour répondre à la demande en 2040. 

Les ONG de lutte contre la pauvreté estiment que les autorités locales écoutent les besoins des investisseurs privés et non ceux des habitants.

Pour Anne-Sophie Dupont du Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat, c’est souvent le même scénario qui se répète. La discrimination ethnique ou des faibles revenus expliquent l’exclusion de nombreux candidats ou alors les biens accessibles sont insalubres.

Les locataires" sont obligés de prendre ce logement parce que c'est ça ou la rue", explique-t-elle.

Avec l’augmentation du prix de l'énergie et de l'inflation, la situation devrait devenir plus difficile encore à Bruxelles avant d'espérer une amélioration.

Ces difficultés ne sont pas propres à la capitale belge. Elles se répètent un peu partout en Europe. Les prix immobiliers augmentent à un rythme jamais observé depuis 10 ans.

Cette tendance est confirmée par Eurostat. Selon l'office des statistiques européennes, les prix du logement ont progressé depuis l'année dernière de 9,4 % dans la zone euro et de 10 % dans l'ensemble de l'UE.

"Il faut regarder des villes comme Vienne qui systématiquement cherche sur le long terme à proposer des biens aux profits limités", insiste la secrétaire générale de Housing Europe Soairse Edwards.

Dans la capitale autrichienne, 3 personnes sur 5 vivent dans un habitat social. Pour beaucoup, cela explique les bonnes notes de Vienne sur les différents index de qualité de vie.

A Bruxelles, 50 000 familles sont en attente d'un logement social, ce qui représente près de 10 % de la population locale.