Le 1er janvier 2023, vous pourrez payer en euros en Croatie

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Le bâtiment de la Banque centrale européenne à Francfort (Allemagne)
Le bâtiment de la Banque centrale européenne à Francfort (Allemagne)   -   Tous droits réservés  ANDRE PAIN/AFP or licensors

Le Conseil de l'UE, qui représente les pays membres, a adopté mardi les derniers actes juridiques validant le passage de la Croatie à l'euro au 1er janvier 2023.

L'ex-république yougoslave va ainsi devenir le vingtième membre de la zone euro, sept ans après l'entrée de la Lituanie. La Croatie va abandonner sa devise nationale, la Kuna, qui s'échangera au taux de 7,5345 kunas pour 1 euro, a annoncé le Conseil dans un communiqué.

L'événement a été marqué par une cérémonie de signature devant la presse à Bruxelles, en présence de la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde, du vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis et du commissaire à l'Economie Paolo Gentiloni.

La Commission avait donné son feu vert à cette adhésion le 1er juin, estimant que la Croatie remplissait toutes les conditions.

La fin de la procédure d'adhésion de la Croatie à la monnaie unique européenne intervient au moment où la devise, qui s'est affaiblie ces derniers mois dans le contexte de la guerre en Ukraine, a atteint la parité avec le dollar, pour la première fois depuis décembre 2002.

L'euro a par ailleurs fêté en début d'année ses 20 ans d'existence en tant que monnaie fiduciaire. Au 1er janvier 2002, des millions d'Européens dans douze pays avaient abandonné leurs lires, francs, deutsche mark et drachmes pour des pièces et billets en euros.

Ils ont été rejoints depuis par sept autres pays: la Slovénie en 2007, Chypre et Malte en 2008, la Slovaquie (2009), l'Estonie (2011), la Lettonie (2014) et enfin la Lituanie en 2015. La zone euro rassemble déjà 345 millions d'habitants, en attendant la Croatie.

Tous les pays de l'UE se sont engagés en théorie à adhérer à la monnaie unique dès qu'ils remplissent les conditions, mais aucun calendrier n'est fixé. Seule exception, le Danemark a négocié une exemption après un référendum en 2000 par lequel les Danois ont rejeté l'euro.