Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le Conseil de l’UE poursuivi en justice pour avoir approuvé le fond de relance COVID polonais

Access to the comments Discussion
Par Jorge Liboreiro
Le gouvernement polonais, dirigé par le Premier ministre Mateusz Morawiecki, doit remplir plusieurs étapes avant de recevoir les fonds de relance de l’UE
Le gouvernement polonais, dirigé par le Premier ministre Mateusz Morawiecki, doit remplir plusieurs étapes avant de recevoir les fonds de relance de l’UE   -   Tous droits réservés  Michal Dyjuk/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved   -  

Un organe décisionnel clé de l'Union européenne est poursuivi en justice pour sa décision controversée d'approuver le plan de relance COVID de la Pologne, d'un montant de 35 milliards d'euros.

L'action en justice vise le Conseil de l'Union européenne, qui est composé de ministres de chaque État membre.

Elle est intentée par quatre associations représentant des juges en Europe, qui affirment que la décision du Conseil ne rétablit pas l'indépendance du système judiciaire polonais et ne tient pas compte des décisions antérieures de la Cour de justice de l'UE (CJUE).

Ils affirment également que l'approbation financière met en péril l'ensemble du bloc, étant donné les liens juridiques multiples et complexes entre tous les pays de l'UE.

"Cette décision porte atteinte au système judiciaire européen dans son ensemble et à la position de chaque juge européen", ont écrit les associations dans un communiqué de presse.

"Tous les juges de chaque État membre sont également des juges européens, devant appliquer le droit de l'UE, dans un système basé sur la confiance mutuelle."

L'action en justice a été déposée devant la CJUE à Luxembourg, qui est habilitée à examiner, et potentiellement à annuler, les actes législatifs des autres institutions de l'UE.

L'action est soutenue par l'Association des juges administratifs européens (AEAJ), l'Association européenne des juges (EAJ), Rechters voor Rechters (Juges pour les juges) et Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés (MEDEL), avec le soutien du groupe universitaire The Good Lobby Profs.

Les quatre associations demandent l'annulation de la décision du conseil, prise en juin dernier sur la base d'une recommandation émise par la Commission européenne.

La Pologne n'a pas encore reçu de fonds de recouvrement COVID de Bruxelles : le gouvernement est censé remplir une série d'étapes convenues pour se conformer à la législation européenne avant tout paiement.

Le pays a demandé 23,9 milliards d'euros de subventions et 11,5 milliards d'euros de prêts bon marché au fonds de relance de l'UE, doté de 750 milliards d'euros, créé en 2020 pour faire face aux retombées de la pandémie de coronavirus.

Le gouvernement polonais n'a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

Un porte-parole du Conseil de l'Union européenne a refusé de commenter une procédure judiciaire en cours.

Des jalons sous surveillance

Le plan national polonais a été bloqué pendant plus d'un an en raison de préoccupations de longue date concernant l'empiètement sur l'indépendance judiciaire.

Le différend entre Bruxelles et Varsovie a pris une tournure acrimonieuse et a suscité des inquiétudes quant à un "Polexit" juridique.

Au cœur du conflit se trouvait la chambre disciplinaire de la Cour suprême, qui, en 2019, a été habilitée à sanctionner les magistrats pour le contenu de leurs décisions, pour avoir posé des questions à la CJUE et pour avoir vérifié que les autres tribunaux sont indépendants et impartiaux.

Les sanctions potentielles comprenaient des amendes, des réductions de salaire, la suspension et la levée de l'immunité.

La chambre a été immédiatement condamnée par les partis d'opposition, les associations de juges, la Commission européenne et les Nations unies, qui ont vu dans cette réforme une menace pour la séparation des pouvoirs.

Varsovie s'est défendue en faisant valoir que le projet de loi était nécessaire pour éliminer les vestiges du régime communiste, lutter contre la corruption et améliorer l'efficacité.

La CJUE a conclu que la chambre n'était pas compatible avec le droit européen et a demandé son démantèlement et l'annulation des suspensions prononcées à l'encontre des juges.

Alors que l'invasion de l'Ukraine par la Russie commençait à faire des ravages économiques sur le continent, Varsovie a cédé et conclu un accord avec Bruxelles pour annuler les réformes et recevoir progressivement les fonds.

L'accord prévoit que deux étapes principales doivent être franchies avant tout paiement :

  •  Réformer le régime disciplinaire des juges et remplacer sa chambre par un nouvel organe.
  • Réexaminer les cas des juges affectés par les décisions de la chambre disciplinaire.

En ce qui concerne la première demande, le gouvernement polonais a déjà fermé la chambre disciplinaire et mis en place son remplaçant : la chambre de responsabilité professionnelle. Des experts juridiques et des fonctionnaires de l'UE ont fait part de leurs préoccupations concernant l'organe proposé et ses lacunes.

"Cette nouvelle loi ne garantit pas que les juges puissent remettre en question le statut d'un autre juge sans risquer de faire l'objet d'une infraction disciplinaire", a déclaré en juillet la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

La deuxième étape, l'examen des affaires, s'est également avérée litigieuse. La CJUE avait précédemment demandé l'annulation de la plupart des décisions adoptées par la chambre, un appel repris par la présidente von der Leyen, qui a insisté sur le fait que la réintégration des juges illégalement licenciés était une condition essentielle. Mais l'accord final entre Bruxelles et Varsovie a dilué cette demande et l'a transformée en un simple examen des cas, qui peut ou non conduire à la réintégration éventuelle des juges.

L'examen peut prendre jusqu'à 12 mois pour être achevé, ce qui signifie que la Pologne recevra probablement les deux premières tranches des fonds de recouvrement - et peut-être même la troisième - alors que les juges restent sous les effets d'une chambre jugée incompatible avec le droit européen.

La Commission européenne a négocié une étape supplémentaire pour s'assurer que l'examen judiciaire a été mené conformément aux normes juridiques de l'UE, mais cette disposition ne sera pas déclenchée avant le tout dernier trimestre de 2023.

Journaliste • Laura Vandormael