Réintroduire des cultures mineures dans les Alpes italiennes et autrichiennes

Par Francisco Fuentes
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews

Près de Montagnana, dans la province de Padoue en Vénétie, dans le nord de l'Italie, la culture traditionnelle du millet s'est frayée un chemin parmi les grandes plantations de blé et de maïs.

Ces céréales permettent la production d'aliments sans gluten.

L'une des exploitations de la région a suivi le projet européen "Re-Cereal" qui vise à réintroduire la culture de l'avoine, du millet et du sarrasin dans les Alpes italiennes et autrichiennes.

"Il y a cinq ans, nous avons converti l'ensemble de l'exploitation aux méthodes de production biologique et nous avons décidé de destiner les terres aux cultures mineures, comme le millet, qui se prête bien à ce type de méthode", explique l'agricultrice Giulia Rossetti.

L'initiative "Re-Cereal" vise non seulement à renforcer la biodiversité en réintroduisant des cultures traditionnelles, mais elle s’inscrit aussi dans un projet scientifique.

Le centre de l'entreprise Dr. Schär, leader européen de l’alimentation sans gluten est implanté à Trietse.

Depuis plus de deux ans, cette société analyse les propriétés génétiques, agronomiques et nutritionnelles de dix variétés différentes de sarrasin et de douze autres types de millet.

"Le millet, en particulier, est une culture qui réagit très bien, même dans des conditions de stress, comme par exemple la grande vague de chaleur et la sécheresse qui frappent l’Italie, mais aussi toute l'Europe cette année.", détaille Silvano Ciani, directeur R&I - Recherche fondamentale de l'entreprise Dr. Schär.

L'initiative "Re-Cereal" a été lancée en 2016. L'investissement total pour ce projet s'élève à 1 322 623 euros, avec une contribution du Fonds européen de développement régional de l'UE de 999 999 euros par le biais du programme opérationnel "Interreg V-A - Italie-Autriche" pour la période de programmation 2014-2020. Il relève de la priorité "environnement et efficacité des ressources" (source : Union européenne).

Cette coopération transfrontalière italo-autrichienne implique des institutions de recherche, des entités publiques et des partenaires privés.

De nouvelles technologies sont également mises au point pour optimiser les cultures et fabriquer des farines de sarrasin, de millet et d'avoine, présentant des caractéristiques particulières. Objectif : promouvoir leur utilisation dans la production d'aliments sans gluten, mais aussi traditionnels.

"Parmi ces variétés, nous avons choisi celles qui avaient des caractéristiques très importantes, que ce soit au niveau agronomique, technologique, nutritionnel ou sensoriel, et nous poursuivons ce projet d'hybridation de ces variétés pour essayer d'avoir d’autres variétés encore meilleures à l'avenir", dit Virna Cerne, directrice principale de la recherche et du développement chez Dr. Schär.