Accord de l’UE pour de nouvelles sanctions contre la Russie

Access to the comments Discussion
Par Aida Sanchez Alonso
Le pétrole russe est ciblé par les nouvelles sanctions de l'UE
Le pétrole russe est ciblé par les nouvelles sanctions de l'UE   -   Tous droits réservés  Gaetano Adriano Pulvirenti/AP

L'Union européenne approuve de nouvelles sanctions contre la Russie. L'accord conclu entre les Etats membres prévoit un plafonnement des prix du pétrole russe. Cette décision intervient après l'annonce par le président russe, Vladimir Poutine, de reconnaître l'annexion de quatre régions ukrainiennes.

La fourchette de prix du plafonnement doit encore être discutée entre les pays du G7 et ceux de l'Union européenne. Pour certains eurodéputés, la solidarité affichée demeure l’essentiel.

"C'est une erreur d'agir de façon isolée. Nous avons besoin de plus d'Europe et de moins d'intérêts nationaux, c'est le point clef", souligne l’eurodéputé et ancien président du Parlement européen, Antonio Tajani (PPE).

L'un des points majeurs de l'accord prévoit d'empêcher les compagnies d'assurance et de transport maritime de fournir des services, au-delà d'un certain coût, aux pétroliers russes.

La Grèce, Chypre et Malte, qui disposent d'une large flotte, ont longtemps rejeté cette option pour des raisons économiques. En échange de leur soutien, les trois pays membres ont obtenu des concessions significatives pour répondre à ces préoccupations. Un système de surveillance sera mis en place pour atténuer tout effet négatif.

La Grèce attend cependant de voir comment le secteur du transport maritime réagit à ces nouvelles mesures.

"Une grande partie du pétrole russe est transportée par des navires qui appartiennent à l'industrie maritime grecque. C'est pourquoi j'attends des réponses pour voir si ce dispositif est bénéfique au regard de l'impact des sanctions", explique l’eurodéputé Dimitrios Papadimoulis (GUE).

Ce huitième train de mesures est annoncé quelques semaines avant l'interdiction, à partir du 5 décembre, par l'Union européenne d'acheter du pétrole brut à la Russie.

Ce paquet prévoit aussi des règles plus strictes sur les importations de produits russes, y compris l'acier et les plastiques. La mesure est évaluée à 7 milliards d'euros en moins pour les caisses du Kremlin. De plus, les 27 auront l’interdiction d’exporter des biens et des technologies utilisés en particulier par l'armée russe.

Journaliste • Christopher Pitchers