La Commission européenne veut mettre fin aux déchets d’emballages

Access to the comments Discussion
Par Vincenzo Genovese
La Commission européenne veut réduire les emballages
La Commission européenne veut réduire les emballages   -   Tous droits réservés  Jennifer Jacquemart/ EC - Audiovisual Service

Recycler et réutiliser davantage afin de réduire la consommation de matières premières. La Commission européenne propose de nouvelles règles pour réduire les déchets d'emballages.

Elle fixe deux objectifs pour 2030. Il s’agit d’une part de diminuer la quantité de ces restes de 5% par rapport à 2018. D’autre part, l'institution veut aussi rendre tous les emballages recyclables.

Cet effort doit passer par exemple par la baisse des contenants non nécessaires.

"Lorsque vous commandez quelque chose sur des sites de commerce électronique, votre emballage ne devra pas avoir plus de 40 % d'espace libre", précise le Commissaire européen en charge de l’Environnement Virginijus Sinkevičius.

Certains types d’emballages seront même interdits, comme les films à usage unique pour les fruits et légumes ou les bouteilles de shampoing miniatures disponibles dans les hôtels.

Cette annonce est saluée par les défenseurs de l'économie circulaire.

"Pour la première fois nous avons des objectifs à la baisse sur différents types d'emballages, c'est très spécifique", se félicite Clarissa Morawski, directrice et co-fondatrice de Reloop.

"C'est du jamais vu dans le monde et cela inclut également la mise en place d'un programme de consignes, que nous voyons bien sûr déjà dans toute l'Europe", ajoute-t-elle.

Un taux obligatoire de contenu recyclé est également fixé pour les nouveaux emballages.

"En Europe, seulement 12 à 13% des matériaux utilisés dans l'industrie sont issus du recyclage. Donc nous avons une très large marge ou une marge substantielle pour améliorer la circularité des matériaux utilisés par les industriels", souligne Emmanuel Katrakis de la Confédération européenne des industries du recyclage.

Ces propositions doivent entraîner une réduction globale d'ici 2040 des déchets de près de 37 % dans l'UE par rapport à un scénario sans modification de la législation. Les citoyens sont aussi appelés à s'impliquer, chaque Européen génère chaque année 177 kilos de déchets.