This content is not available in your region

Comment le partage de données numériques booste l'innovation dans la santé

Par Claudio Rosmino
euronews_icons_loading
Smart Health
Smart Health   -   Tous droits réservés  euronews

Chaque jour, à travers l'Europe, des millions de données médicales sont générées lors de la délivrance de soins. Pourtant, cette masse d'informations n'est pas exploitée au maximum de son potentiel.

La contribution de l'espace européen des données de santé

L'espace européen des données de santé lancé en mai 2022 par la Commission européenne a pour ambition de combler cette lacune. Il rendra les informations plus accessibles aux patients et aux professionnels de santé dans leur pays et à l'étranger, mais il créera aussi les conditions techniques permettant de s'en servir en toute sécurité pour encourager la recherche et l'innovation.

Rappelons qu'il y a deux types d'usage des données de santé : une utilisation primaire, liée aux soins comme la consultation d'un médecin et une utilisation secondaire, en référence au traitement de ces informations dans des conditions sûres et confidentielles en vue d'élaborer des politiques ou d'améliorer des produits de santé par exemple.

Vers une homogénéisation des normes

Pour élargir l'éventail d'opportunités commerciales, des organisations comme Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) font la promotion de spécifications communes.

"Sur le marché européen, le secteur et les entreprises de la santé numérique se heurtent à différents obstacles," explique Alexander Berler, directeur du développement commercial stratégique chez IHE Catalyst AISBL. "En effet, le domaine de l'e-santé constitue un marché morcelé et cela au détriment des citoyens européens, contrairement à ce qui se passe aux États-Unis et en Asie," précise-t-il. L'organisation HL7 le fait pour sa part, à un niveau mondial.

Accès à de nouveaux marchés

Le marché européen de l'e-santé représente une valeur d'environ 40 milliards d'euros et il ne cesse de croître.

Pour les entreprises du secteur de la santé numérique, par exemple Gnomon Informatics en Grèce, spécialisée dans les produits de santé électroniques comme le "e-Health Pass", un échange coordonné des données lui donnerait accès à de nouveaux marchés en Europe. Une nouvelle donne favorable au développement commercial et aux patients.

"La modélisation des données médicales est très importante pour les citoyens européens comme pour ceux ailleurs dans le monde car un patient peut avoir toutes ses informations et l'historique de ses maladies au sein de notre appareil par exemple," fait remarquer Korina Papadopoulou, responsable développement de produits au sein de cette entreprise grecque. "De cette manière, il peut emporter ses données avec lui quand il se rend dans différents pays et les utiliser auprès de n'importe quel service de soins ou médecin," souligne-t-elle.

Interopérabilité

En améliorant l'interopérabilité entre les prestataires de soins dans toute l'Europe, il sera également possible d'éviter la répétition d'analyses par exemple. Ce qui aura des effets positifs sur le coût des soins et le suivi des patients.

"L'utilisation de l'espace européen des données de santé va dans la bonne direction quand il s'agit d'avoir une approche architecturale des systèmes de santé," estime Kostis Kaggelidis, PDG de Gnomon Informatics. "Cela met l'Europe sur de bons rails pour pouvoir mettre en place un secteur de l'e-santé et des services de qualité," assure-t-il.

La connexion entre les écosystèmes médicaux numériques repose sur l'interopérabilité : celle-ci est possible quand les systèmes informatiques lisent, exploitent et échangent des données en utilisant le même langage. La sémantique permet de combler les écarts de terminologie entre les différents systèmes et il faut se mettre d'accord sur les règles de grammaire, la syntaxe des informations reçues.

Une fois pleinement mis en œuvre, l'espace européen des données de santé contribuera à établir un marché européen de l'e-santé qui s'affranchit des frontières intérieures.

Il permettra également aux petites et moyennes entreprises européennes de collaborer au développement de nouveaux produits innovants en matière de santé.

Journaliste • Claudio Rosmino