30 ans du marché unique européen, espace de libertés et d'opportunités

Par Andrea Bolitho
30 ans du marché unique européen, espace de libertés et d'opportunités
Tous droits réservés  euronews

Le marché unique de l'Union européenne fêtera son 30ème anniversaire l'an prochain. Nous voyons en quoi il a changé la vie des entreprises et des citoyens et comment il le fait encore aujourd'hui auprès d'une start-up de Rotterdam.

Le marché unique de l'Union européenne représente l'une des premières économies mondiales. Les biens, les services et l'argent peuvent y circuler facilement, tout comme les citoyens qui peuvent se rendre dans un autre État membre pour y vivre, faire des études ou y passer leur retraite.

On peut y acheter des produits en ligne sans restrictions géographiques et retourner ou annuler ses achats, sans justification à donner. Les appels téléphoniques et les billets d'avion entre États membres reviennent moins chers que leurs équivalents internationaux. Aux frontières intérieures, il n'y a pas de douanes, de droits de douane ou de taxes pour les entreprises. Les produits répondent aux mêmes normes environnementales et de sécurité.

L'Union européenne a aussi plus de poids pour négocier des accords commerciaux avec le reste du monde, sachant également que le marché unique n'est pas figé, il évolue en fonction des changements économiques.

Les défis du moment...

En cet automne 2022, le marché unique à l'image de l'économie européenne doit affronter un certain nombre de difficultés comme nous l'explique Kerstin Jorna, directrice générale de la DG Grow (Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME) de la Commission.

"C'est comme si l'on était dans le camp de base du marché unique," compare-t-elle, "car la route est longue face aux défis de la crise sanitaire - le covid est toujours là - et de la crise énergétique suite à l'agression russe. C'est là-dessus que nous concentrons nos actions, en tirant parti du marché unique," explique-t-elle.

"En matière de santé, il nous faut des vaccins," poursuit Kerstin Jorna. "Nous n'en avions pas quand tout a commencé et en travaillant ensemble, en achetant les vaccins ensemble et en mettant en place une chaîne d'approvisionnement complète pour les vaccins, je suis sûre que nous en aurons assez pour nos citoyens et pour les citoyens du monde entier," affirme-t-elle.

"Deuxième point : le système énergétique," renchérit la directrice générale de la DG GROW. "Nous devons nous passer des combustibles fossiles russes et le marché unique peut nous aider : il nous permet de travailler ensemble pour nous procurer l'énergie dont nous avons besoin et pour accélérer le développement des énergies renouvelables," estime-t-elle.

... Et de l'avenir

Mais il est aussi essentiel de se projeter dans l'avenir selon elle, pour mieux réaliser la transition écologique et numérique. Elle suggère de réaliser son "analyse de rentabilité". "Pour ce type d'analyse, vous avez besoin de connaissances, de technologie, de compétences, d'un cadre juridique et d'un marché quand il s'agit d'un nouveau produit et c'est ce que la boîte à outils du marché unique permet d'avoir parce que nous finançons l'innovation et la recherche, nous avons des partenariats pour les nouvelles compétences, nous avons le paquet "Fit for 55" [en français, "Ajustement à l'objectif 55"] qui vise à réviser la législation de l'UE et nous facilitons également la commercialisation," indique-t-elle avant d'ajouter : "C'est aussi une analyse de rentabilité qui incite aux investissements."

Une start-up néerlandaise, exemple de PME qui profite du marché unique

À Rotterdam, aux Pays-Bas, Skoon Energy loue dans toute l'Union européenne, des systèmes d'énergie propre qui servent sur les chantiers de construction ou dans les ports, des solutions alternatives aux générateurs diesel. Le marché unique a permis à la start-up de travailler sans frontières au sein de l'Union.

"Où que l'on soit dans l'Union, on veut pouvoir tirer les enseignements de la mise en place d'une solution dans un autre pays," précise Peter Paul Van Voorst Tot Voorst, fondateur de Skoon Energy. "Dans le domaine des énergies propres, il y a tellement de données générées que si vous ne les utilisez pas, vous perdez beaucoup de valeur," estime-t-il. "Nous sommes donc très heureux de pouvoir faire cela à l'échelle de l'Union et de nous trouver aux Pays-Bas et ainsi, nous pouvons facilement nous développer dans le reste de l'Union," se félicite-t-il.

Skoon fournit également des batteries pour les plateaux de télévision et de cinéma."Nous avons comme clients, des sociétés de production et quel que soit l'État membre où elles tournent, elles peuvent utiliser les solutions que nous avons sur place ou que nous pouvons expédier par-delà les frontières sans problème," indiquePeter Paul Van Voorst Tot Voorst.

Dans la ville néerlandaise de Tiel, l'entreprise a installé un système électrique hybride pour des mobil-homes accueillant des réfugiés. Un générateur classique, mais qui ne fonctionne que quelques heures par jour, charge la batterie qui se trouve à côté dans un conteneur, puis celle-ci alimente les logements en électricité.

Euronews
Le système mobile d'alimentation électrique mis en place par Skoon Energy à TielEuronews

"Quand on est un réfugié et que l'on arrive dans un logement, on veut pouvoir dormir dans de bonnes conditions et sans bruit," fait remarquer le fondateur de la société. "C'est pour cela que la municipalité de Tiel a choisi de ne pas utiliser un générateur diesel 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 pour alimenter ces hébergements en électricité," dit-il.

La batterie est effectivement silencieuse, mais elle a d'autres atouts puisqu'elle permet d'économiser du diesel, de réduire les coûts et de générer moins d'émissions.

Trente ans après sa création, le marché unique continue d'aider les Européens à naviguer dans des eaux agitées, en encourageant l'innovation et le commerce.