This content is not available in your region

Comment Dubaï repousse les limites de l'architecture

euronews_icons_loading
City Scenes
City Scenes   -   Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai
Par Jane Witherspoon

Quand on dit Dubaï, on pense immédiatement à ses prouesses architecturales qui ne semblent connaître aucune limite. Le projet le plus emblématique de la ville, c'est incontestablement le Burj Khalifa, le plus haut gratte-ciel du monde. Cette méga-structure conçue par les architectes de S.O.M. - qui culmine à plus de 828 mètres et compte plus de 160 étages - mêle vision audacieuse et expertise d'ingénierie.

"L'un des plus grands défis était de savoir comment le faire tenir debout en ayant une telle hauteur et en faisant en sorte qu'il résiste au vent," explique Brian Kleiver, associé principal et directeur de l'architecture pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord chez Skidmore, Owings & Merrill LLP (SOM). "Notre équipe spécialisée dans les structures a dû faire preuve de beaucoup d'inventivité pour y faire face," fait-il remarquer.

"On s'est attaqué à d'autres défis que personne n'avait relevé dans le domaine de la construction," poursuit-il, "comme le pompage du béton à une telle hauteur ou le câblage électrique et informatique : c'est lourd et il fallait se demander : comment faire pour monter et maintenir tout cela ? Et comment gérer le poids de ce type d'éléments dans le bâtiment ?"

Alors que le Burj Khalifa continue de s'imposer dans le panorama de la ville, le nouveau joyau de la couronne en matière d'architecture, c'est le musée du Futur. Ce monument de sept étages a été décrit par certains, comme le plus beau bâtiment du monde.

Sa façade en acier inoxydable de plus de 17.000 m² se compose de 1024 panneaux entièrement fabriqués par des robots. Elle est percée par des ouvertures formant des lignes de calligraphie arabe.

euronews
La nuit, le Musée du Futur s'illumine de 14 000 mètres de lignes de calligraphie arabeeuronews

Préoccupations environnementales et patrimoniales

À Dubaï, les projets intègrent de plus en plus des préoccupations environnementales et patrimoniales. Des notions abordées par exemple par Sumaya Dabbagh, l'une des femmes architectes les plus innovantes de la région.

"Je voulais vraiment combler un vide en offrant de la qualité, mais aussi en abordant les questions culturelles, les sensibilités qu'il y a ici, les questions d'identité, les contextes... Tout cela, ce sont des thèmes très importants pour nous," souligne la fondatrice de Dabbagh Architects.

Son équipe a imaginé la Mosque of Light. Cette mosquée contemporaine est ornée de façades en pierre blanche recouvertes de formes géométriques et de calligraphies qui laissent passer la lumière naturelle. Ce qui donne à l'édifice, sa spécificité.

"C'est un exemple d'architecture émergente que l'on ne voit pas souvent dans la région : il y a des subtilités, du contextualisme et avec cette mosquée en particulier, il s'agissait de répondre à cette question : qu'est-ce que l'architecture islamique ?" précise Sumaya Dabbagh. "L'architecture des mosquées fait souvent référence au passé et on ne cherche pas à savoir comment elles peuvent être contemporaines et pertinentes pour notre époque," estime-t-elle.

euronews
La Mosque of Light avec sa façade recouverte de formes géométriques et de calligraphieseuronews

Entre tradition et vision futuriste

C'est au bord de la crique de Dubaï que se trouve le quartier historique d'Al Fahidi. Ce site patrimonial donne un aperçu de l'architecture du milieu du XIXe siècle à Dubaï. Une grande partie des bâtiments est encore intacte. Au détour des ruelles étroites, on découvre les traditionnelles tours à vent appelées Barjeels. Faites de gypse, de grès et de bois de palmier, elles servaient à refroidir les habitations à l'époque où l'air conditionné n'existait pas.

Dewan Architects est l'un des plus anciens cabinets de Dubaï, mais il n'en est pas moins tourné vers l'avenir. Ses équipes viennent de lancer Babel 4.0, une réinterprétation métaphysique de la mythique tour de Babel. Il s'agit de leur premier NFT d'inspiration architecturale. Il vise à encourager l'échange d'idées au sein du Metaverse. "Pour nous, le Metaverse, c'est davantage une communauté : c'est quelque chose qui invite à redonner aux autres et à partager," indique Mohammed Adib, responsable architecture chez Dewan Architects & Engineers"Babel à l'origine - la Tour de Babel -, c'était toute l'humanité qui fuyait les guerres et qui s'unissait et on a donc pensé développer quelque chose comme cela, mais pour l'architecture," déclare-t-il.

Dewan Architects & Engineers
Le NFT Babel 4.0 réinvente la mythique Tour de Babel dans le MetaverseDewan Architects & Engineers

Quelle est la prochaine étape pour Dubaï ? Une ville qui a fait beaucoup de chemin depuis les années 80, époque où elle ne comptait qu'un seul gratte-ciel, le World Trade Centre, le long de la Sheikh Zayed Road.

"Cela fait longtemps que j'ai cessé de parier contre Dubaï," s'amuse Mohammed Adib. "Tout ce qu'ils annoncent, ils le réalisent, Ils ont réussi à créer un hub, un endroit où tout le monde aime vivre, c'est le leader mondial en termes de construction et de projets," juge-t-il.

Si les fondations sont là, Dubaï entend bien consolider encore son statut de hub architectural international, en continuant à se développer et à être une source d'inspiration.