DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La France continuera d'assumer son mandat en Côte d'Ivoire

La France continuera d'assumer son mandat en Côte d'Ivoire
Taille du texte Aa Aa

Une semaine de troubles et de violences anti-françaises en Côte d’Ivoire, mais la France, qui est sous mandat de l’ONU, continuera d’assumer ses responsabilités dans le pays. C’est ce qu’a affirmé Jacques Chirac lors d’un forum à Marseille ce dimanche. “Nous ne laisserons pas se développer une situation qui ne pourrait que conduire à l’anarchie ou à un régime de nature fasciste” a déclaré le président français, qui a dénoncé “une minorité agissante autour d’un régime contestable”.

Une minorité agissante qui a provoqué l’exode massif des étrangers depuis plusieurs jours. Plus de 4000 d’entre eux, dont une majorité de Français, ont quitté le pays. A l’aéroport de Paris-Roissy une cellule médico-psychologue est là pour accueillir ceux qui rentrent en état de choc. A Abidjan, le calme est revenu mais les occidentaux continuent de quitter le pays quand même. Par ailleurs le président Laurent Gbabgo a promu celui qui avait dirigé l’offensive aérienne et terrestre contre les rebelles du nord, entamée le 4 novembre. Le colonel Philippe Mangou, commandant du théâtre des opérations est maintenant le nouveau chef des armées de Côte d’Ivoire. Parallèlement à cette armée officielle, les partisans de Laurent Gbagbo, les “jeunes patriotes”, agissent dans les villes comme une véritable milice du pouvoir. Ils tiennent toujours quelques barrages à Abidjan. Laurent Gbagbo a été invité à un sommet de l’Union Africaine qui s’est ouvert ce dimanche à Abuja pour tenter de régler cette crise. Mais le président controversé a envoyé à sa place le président de l’Assemblée nationale, considéré comme un dur du régime.